Homélie du 12e DO - 20 juin 2004
Avatar

Pour construire une maison, il faut en poser le fondement; pour édifier en nous l’édifice spirituel, la demeure de l’âme qui plaît à Dieu, il faut poser le solide fondement de la foi.

Le juste vit de foi dit l’Écriture et pour nous c’est le Christ qui est à l’origine de notre foi et la conduit à sa perfection. Avoir la foi, c’est croire au Christ qui est le Fils de Dieu né d’une Vierge, le Verbe fait chair, le Messie promis confessé par Pierre. Ce Fils qui nous a révélé l’amour du Père et qui nous donne son Esprit, l’Esprit Saint qui procède du Père et du Fils. Ce Messie à la fois Fils de Dieu et Fils de l’homme est le Sauveur de tous les hommes, Celui par qui nous avons obtenu le rachat de nos fautes. Il est l’auteur de notre retour en grâce, Il est notre réconciliation et notre justification. C’est bien par sa grâce que nous sommes devenus des justes dans la foi. La foi qui est le fondement de l’Église et la racine de notre vie chrétienne.

Par la grâce de notre baptême qui est le premier sacrement de la foi nous accédons a une connaissance nouvelle de Dieu parce que nous sommes devenus des fils de Dieu. Ainsi transformés et illuminés, Dieu notre Père nous a conféré l’adoption filiale dans le Christ. Nous sommes aimés dans le Christ et par le baptême, nous participons à la grâce du Christ qui fait de nous des saints, qui nous configure sacramentellement au Christ en sa mort et en sa résurrection.

L’apôtre peut même dire qu’ayant ainsi revêtu le Christ, nous avons déposé dans les eaux du baptême le vieux vêtement du péché pour être habillés de la robe nuptiale de la grâce et de la foi en vue des noces éternelles dans le royaume des cieux. Si le baptême nous justifie en nous revêtant des mérites du Christ, si par Lui nous sommes devenus des créatures nouvelles , c’est qu’ainsi se réalise le dessein éternel et bienveillant du Père qui voulait tout récapituler par le Christ dans l’Église qui est la fin de toutes choses. Et puisque nous avons revêtu le Christ, participants de sa grâce, nous lui sommes unis, ayant droit au même héritage. Être sauvé par le Christ, c’est lui appartenir dans son Corps dont nous sommes les membres. Dès lors, nous sommes au Christ à jamais pour une vivante espérance, promis à une béatitude divine et glorieuse. Nous sommes, par le saint baptême, citoyens des cieux c’est-à-dire de la communion des saints qui est d’ abord communion dans la foi ici-bas et communion dans la gloire au-delà de notre vie terrestre.

Le baptême est le sacrement de l’unité dans la foi que nous confessons dans l’Église; unité qui trouve son principe de perfectionnement dans l’Eucharistie sacrement de la charité. Car c’est la charité qui, sur le solide fondement de la foi, constitue la clef de voûte de l’édifice spirituel restauré par la grâce du Christ, de cet homme nouveau, temple et demeure de l’Esprit de Dieu. La charité est l’achèvement de toutes les vertus et la perfection de la vie chrétienne.

Cette vie chrétienne est une suite du Christ, une imitation et une participation à la croix du Christ. C’est par sa croix que nous sommes sauvés et c’est pourquoi elle est à la fois le signe de notre appartenance au Christ, mais plus encore la voie qu’il nous faut emprunter pour entrer comme lui dans la gloire. Si nous sommes fils de Dieu et si nous acceptons de mourir chaque jour au péché, si nous observons ses commandements et si nous portons le joug de la loi du Christ alors avec Lui nous régnerons éternellement. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera.

La splendeur de la foi c’est de comprendre ce qu’opère la croix du Christ en nous, ce qu’elle vient et doit changer dans notre vie, notre intelligence, notre conscience et notre cœur pour qu’elle ne soit pas rendue vaine, pour que nous méritions toujours le beau nom de chrétien, cherchant en toute chose ce qui lui fait honneur. Or comme notre Dieu connaît le cœur de l’homme, ses faiblesses, ses fragilités, son instabilité, il vient à notre secours: Il nous exhorte et nous encourage par sa parole, il nous relève patiemment par la pénitence, nous consolide et nous affermit par l’Eucharistie. Il nous a donné son Esprit Saint qui, par les sacrements, nous donne la Vie et nous rend capable du beau témoignage de la foi au Christ crucifié, folie pour les hommes, mais puissance et sagesse de Dieu. Dans la foi et par les sacrements de la foi je sais en qui j’ai mis ma confiance et je sais que je ne serai pas confondu puisqu’Il est mon Sauveur, mon Rédempteur et mon Dieu. Amen!