Homélie du Nuit de Noël - 24 décembre 2012
Avatar

N comme Naissance. Ayant survécu aux attentats du World Trade Center, Bruno Dellinger eut cette pensée étonnante: «Je veux avoir des enfants. J’aurais pu me dire: dans un monde pareil, pourquoi avoir des enfants? C’est l’inverse qui s’est produit. Dans un monde pareil, il faut avoir des enfants. Renouveler l’innocence du monde, passer à mes enfants la torche de ce que je crois être la civilisation, leur offrir les armes et la chance du bonheur. Ce monde a besoin de bonheur. Je vais faire un enfant.» Je me plais à imaginer que cela reflète en quelque sorte le regard de Dieu sur notre humanité. Il envoie son Fils Unique et se révèle sous les traits d’un nouveau né. Il a un regard neuf, un regard éternellement neuf. La vie s’ouvre devant lui. A travers cet enfant, Dieu nous dit que quelques soient les impasses dans lesquelles nous nous trouvons, quelques soient nos nuits, un chemin de vie peut s’ouvrir. Ce nouveau-né veut rajeunir, notre cœur, notre regard, nos gestes. Il veut nous ouvrir à la vie. Accueillons-le: Il nous donnera de devenir enfants de Dieu. Oui, un Enfant est né. Posons un regard neuf, nous aussi sur nous-mêmes, sur Dieu et sur le monde! Ne célébrons pas un anniversaire, un fait du passé, mais une naissance!

O comme Offrande. Aujourd’hui, la terre offre la crèche, les bergers leurs chants, les animaux l’âne et le bœuf pour un peu de chaleur, le ciel une étoile. Dieu offre son Fils unique. Avez-vous entendu? Un Sauveur vous est né, Un fils nous a été donné. Il est né pour nous. Et les anges expliquent le signe: «vous trouverez un nouveau né, emmailloté dans une mangeoire.» Il s’offre déjà à nous en se faisant serviteur, pauvre et mendiant. Il est là, comme déjà offert en nourriture. Sa vie est déjà donnée. Il nous apprendra la loi de l’amour qui consiste à tout donner et se donner soi-même. Victoria Soto était une jeune institutrice qui aimait les enfants. Le 14 décembre dernier, à 9h 40, elle a entendu des coups de feu, donné l’alerte et caché les 16 enfants de sa classe. Elle ne s’est pas caché mais a donné sa vie en attendant le meurtrier pour le lancer sur une fausse piste. Nous n’aurons sans aucun doute pas une telle offrande à faire. Mais que pouvons-nous offrir? Comment nous offrir? Offrir à Dieu notre prière, offrir un geste de partage, un pardon? Découvrez que vos mains, vos pieds, votre bouche, vos oreilles, votre regard sont faits pour Dieu, pour construire la civilisation de l’Amour.

E comme Écoute. Oui? «Écoute Israël». C’est un appel, une nécessité. C’est devenu le début de la grande prière juive. Et nous ne pouvons que répondre: «J’écoute ce que dit le Seigneur?» On rapporte d’ailleurs qu’ en entrant dans le monde, le Christ a dit: «Tu m’as ouvert l’oreille, tu m’as façonné un corps, alors j’ai dit: Me voici pour faire ta Volonté!» A sa suite, écoutons la Parole de Dieu. Mettons-la en pratique comme Marie qui répondit à l’ange: «Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole.» Elle fut alors proclamée bienheureuse par toutes les générations? Le secret du bonheur est là: Écoute Dieu qui te parle et mets ses commandements en pratique. Tu y trouveras la liberté des enfants de Dieu? Il t’appelle: lui répondras-tu? Romain et Reinaldes sont mariés. Lui français, de milieu aisé. Elle, brésilienne, issue d’une favela. Ils ont écouté et entendu: «Tout ce que vous ferez au plus petit d’entre les miens en mon nom, c’est à moi que vous le ferez.» Ils sont partis se mettre au service des plus pauvres. Et c’est le secret de leur joie. Vous n’avez peut-être pas à tout quitter. Tant et tant de personnes souffrent du froid, de la solitude, du désespoir. Ils ne sont pas loin, parfois dans notre propre famille. Cherchez-les, trouvez-les, aimez-les! Aimez sans mesure et vous vivrez!

L comme Louange. L’Enfant Dieu ne peut encore parler et les anges chantent pour lui. Plus tard il louera son Père du Ciel souvent dans des situations où il était confronté à des échecs apparents. Il louait parce qu’il savait que le Père l’écoutait toujours. Il savait bien que le Père, dans son éternelle jeunesse, ouvrirait une nouvelle porte, ouvrirait un avenir. Le sacrifice de louange que nous célébrons, l’eucharistie, n’a-t-il pas été institué au moment même où tout semblait perdu, où le mal semblait l’emporter? Et Dieu a ressuscité son Fils. François d’Assise, était un amoureux de Dame pauvreté. C’est à lui que nous devons nos crèches. Il a fait de sa vie un cantique d’action de grâce: Loué sois-tu Seigneur! Dieu, aujourd’hui, se donne à nous sous les traits d’un petit enfant. Il vient nous faire naître à nouveau. Entonnez votre Louange! Par des psaumes acclamez-le! Faites de votre vie, une louange! Pour cela, écoutez-le! Par Lui, avec Lui et en Lui, Offrez-vous! Et que le nouveau-né vous fasse naître à la vie d’enfant de Dieu! Joyeux NOËL! Alleluia!