Homélie du 29e Dimanche du T.O. - 16 octobre 2016

Foi et prière

par

fr. Timothée Lagabrielle

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager. » C’est bien, ce dimanche, on sait dès le début de l’évangile de quoi on va parler. Mais avez-vous noté la conclusion de la parabole ? Jésus termine en demandant : « Le Fils de l’homme quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » Tiens, il y a donc un lien entre la prière assidue et la foi ! Essayons de comprendre. Il y a un lien entre la foi et la prière parce que la foi est nécessaire pour prier, elle est nécessaire pour bien prier et elle est nécessaire pour prier avec assiduité. La foi est nécessaire pour prier. C’est la foi qui me fait comprendre que je suis comme la veuve de la parabole. Elle ne peut pas compter sur sa faiblesse pour se défendre, ni sur son mari et elle se tourne donc vers le juge pour lui demander ce dont elle a besoin pour vivre. De même, par la foi, je sais que l’action de Dieu est nécessaire, que certaines choses primordiales de ma vie sont impossibles sans lui et donc que sans lui je suis fichu, qu’il est nécessaire de se tourner vers lui. La foi est nécessaire pour prier et le fait de prier montre d’ailleurs qu’on a la foi. Parce que la foi n’est pas seulement de croire que Dieu existe. Je peux croire que Dieu existe et pourtant ne pas avoir vraiment la foi. Car la foi, c’est aussi savoir qu’il agit, et qu’il n’agit pas seulement en général, mais très concrètement, dans le particulier, dans le concret de nos vies. C’est par la foi que je sais que ma vie est liée à celle de Dieu. Et puis, la foi est nécessaire pour bien prier. Car la foi me fait découvrir ce que Dieu veut. Une bonne prière, c’est de demander à Dieu ce qu’il veut me donner. Or c’est la foi qui me fait découvrir ce que Dieu aime, ce qu’il désire, pour ce monde en général et pour moi en particulier, et aussi la façon dont il veut le donner. C’est la foi qui me permet de discerner quelle action Dieu veut pour moi. Car Dieu veut agir avec nous. Dieu n’aime pas nous donner des grâces malgré nous, il n’aime pas nous sauver malgré nous. Au maximum il veut agir avec nous, il veut que nous soyons conscients de son action, que nous la désirions, que nous y participions. C’est à partir de cela que nous pouvons comprendre pourquoi la prière est nécessaire. La première lecture nous montre une certaine nécessité de la prière : il y a des moments où l’action de Dieu se déploie seulement si nous prions. Et si nous ne prions pas, Dieu ne donne pas certains dons. Ce n’est pas que Dieu ne peut pas agir si on ne prie pas, mais il désire la prière. Il ne le fera que si c’est tout à fait nécessaire, il ne le fera que pour ce qui concerne l’urgence du salut. Mais sinon, il aime mieux donner après que nous avons demandé. Il aime nous voir nous tourner vers lui comme des enfants vers leur Père pour recevoir ce qui nous est nécessaire. Il aime que nous nous réunissions pour prier, que nous demandions les uns pour les autres, et que nous agissions aussi. C’est la foi qui aide à discerner quelle action le Seigneur attend de moi : veut-il que je sois comme Moïse sur la montagne à l’écart du combat pour prier ou bien dans la vallée à œuvrer ? C’est en connaissant Dieu par la foi que je peux discerner ce qu’il veut pour moi aujourd’hui. Et puis, c’est la foi qui me donne d’être persévérant dans la prière. Parce que la foi est une fidélité, elle demeure dans le temps, malgré les épreuves : c’est sur elle que repose la constance dans la prière. Cette constance est tellement importante ! Voilà pourquoi Jésus nous en parle aujourd’hui : cette constance nous permet d’être transformés par Dieu. Si nous prions sans relâche, ce n’est pas pour faire changer d’avis Dieu. Dieu n’est pas comme ce juge dépourvu de justice qu’on doit faire changer d’avis. La prière ne vient pas pour changer la volonté de Dieu. Au contraire, elle est issue de la volonté de Dieu, Dieu veut que nous priions et il sait bien ce dont nous avons besoin. La prière ne cherche pas à fléchir Dieu, il est déjà penché sur nous, mais la prière cherche à nous rendre droit. Non pas fléchir Dieu mais nous redresser. Rendre droit notre désir à force de contempler le désir de Dieu. Préparer nos cœurs à recevoir l’action de Dieu. Cela ne se fait pas en une prière… C’est pourquoi nous avons à nous appuyer sur une foi solide pour persévérer dans la prière, afin qu’elle produise tous ses fruits.