Homélie du 29e DO - 19 octobre 1997

Jésus, maître en marketing ?

par

Avatar

Jacques et Jean ont des ambitions. Voilà bien des années qu’ils sont à l’école d’un certain Jésus. Ils ont appris beaucoup de choses. L’heure est venue pour eux de faire valoir leur compétence. Ils viennent donc présenter au maître leur projet de mission, leur plan de carrière et ils lui disent:  » Maître, nous voulons que tu fasses pour nous ce que nous allons te demander « . Pour sûr, ils sont bien décidés.
Jésus ne devrait pas rejeter leur demande. Il devrait même en être ravi. C’est la première fois que deux de ses élèves osent prendre la parole et exprimer leur désir profond. Un vrai maître ne peut que se réjouir d’une telle initiative, d’une telle ambition. Par ailleurs, leur demande est légitime. Ils veulent sortir leur peuple opprimé de la domination romaine et régner avec Jésus; ils veulent que les choses changent. Jésus ne devrait pas réprimer une si admirable audace.

Jésus, cependant, leur objecte qu’il n’ont pas encore tout compris. Il leur rappelle une exigence fondamentale du Royaume de Dieu. Elle est d’ailleurs devenue le b.a.-ba du marketing. Tous les dirigeants des chaînes hôtelières ont fini, en effet, par comprendre que ce qui leur permet de s’étendre toujours plus, c’est la qualité de leur service. Plus leur service sera clean, plus ils seront des professionnels du service, plus ils auront des clients. Jésus invite donc, en bon dirigeant, ses cadres dynamiques à porter l’accent sur la qualité de leur service: Celui qui voudra devenir grand, se fera serviteur.
Cette règle du service, ne consiste pas seulement à rendre vivable notre milieu familial ou communautaire par un encouragement moral aux petites tâches du genre, mettre la table, laver la vaisselle, descendre les poubelles… Elle nous touche beaucoup plus profondément. Le service, selon Jésus, est le lieu même de l’épanouissement de la personne; c’est comme cela que l’on obtient les premières places, c’est comme cela que l’on devient grand.
Jésus, maître en marketing, n’étouffe pas les ambitions, il veut, au contraire, les rendre efficaces, en leur donnant une orientation appropriée: non plus les honneurs (le siège à droite et le siège à gauche), mais la réalité, la vie des hommes.

En ce dimanche des missions, Jésus nous invite à prendre cette orientation en faisant corps avec lui, afin de participer à son souffle et être habiter par le même souci du salut de tous. C’est en étant greffés à l’arbre même de la vie que nous pourrons en donner les fruits aux hommes et aux femmes de notre temps, quelles que soient leur condition sociale, la couleur de leur peau ou leurs idées politiques.
Ce fruit de salut est en effet pour tous les hommes. Missionnaires que nous sommes, et proche du Christ de par le baptême, nous sommes aussi invités à une proximité avec les destinataires du salut pour les rendre proches du Christ. C’est là notre service. Nous sommes appelés à faire corps avec eux, afin de sentir de l’intérieur leur attente et leur demande; et de laisser passer en nous la Parole du Christ, la parole juste qui leur est destinée. C’est dans le don toujours plus total de notre propre vie que nous pourrons communiquer la vie de Dieu. Cette vie qui est elle-même don et qui nous apprend à nous donner. C’est ainsi et ainsi seulement que nous participerons à l’expansion de l’Église .

N’hésitons donc pas à nous approcher de la source de la vie, par la prière et les sacrements, afin de revêtir comme la petite Thérèse, patronne des missions, l’amour même de Dieu dont la grandeur, la profondeur et la beauté prennent souvent des apparences de dénuement, et le visage de la simplicité, tel qu’il en dans le pain rompu et la coupe versée.