Homélie du 25e DO - 19 septembre 2010

L’intendant un fidèle de Dieu

par

Avatar

Et le maître le loua d’avoir agi ainsi… Ça ressemble à une prime à la malhonnêteté! Qui est ce Maître inconscient? Le terme grec est celui qui sert à dire le Seigneur. Ce qui est en continuité avec les paraboles où le Maître est Dieu. Alors je me demande. Et si finalement l’intendant infidèle à nos yeux avait été fidèle aux yeux de Dieu?

Reprenons l’histoire. D’un côté le Maître du Royaume. De l’autre, un intendant qui est dénoncé. On ne sait pas par qui: les dénonciations sont en général anonymes et qui de nous n’a jamais, un jour, dénoncé quelqu’un? On dit de l’intendant qu’il dilapide les biens qui lui sont confié. Convoqué, il n’oppose aucune résistance mais fait venir tous ceux qui doivent quelque chose au Maître et il réduit leur dette. Il rétablit une nouvelle relation entre les deux. Cela ne vous rappelle rien? Et si l’intendant était Jésus lui-même?

Jésus disait avoir tout reçu de son Père, être l’intendant de ses mystères. Mais, il semblait faire bien peu de cas des biens légués par Dieu, je veux dire la Loi et les Prophètes. Alors on a dénoncé ce qu’il faisait: Il mange chez les pécheurs! Il ne respecte pas la Loi ni le Sabbat. Il se fait l’égal de Dieu! Il fréquente les prostituées, les impies et les lépreux, ceux-là même dont la fréquentation rend inapte au culte de Dieu Rendez-vous compte: il osait dire qu’il y a plus de joie au ciel pour un seul pécheur qui se convertit que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de conversion. Et que demandait-il aux pécheurs: rien! ou si peu! C’est tout juste s’il ne les donnait pas en exemple: il lui sera beaucoup pardonné parce qu’elle a beaucoup aimé! Les pécheurs et les prostituées vous précèderont dans le Royaume des cieux! Il ne cesse de signer des billets de miséricorde: Je ne te condamne pas. Tes péchés sont pardonnés.

C’est trop facile, il galvaude la Loi! Il a donc été dénoncé et condamné au Nom du Maître. Il ne s’est pas défendu. Pendu au bois de la croix, les faits semblaient donner raison à ses juges tant il semblait rejeté de Dieu. N’a-t-il pas crié: Mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné? Et même là, il continuait de signer des billets de miséricorde: Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. Ou encore, et à un criminel: Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le Royaume.

En fait, il était l’intendant fidèle aux yeux de Dieu car en portant nos péchés, il venait accomplir la volonté de Dieu qu’aucun homme ne soit perdu et il signait le plus extraordinaire des billets de miséricorde: le pardon de nos péchés… Mais pourquoi donc laisser quelque chose à rembourser, les 50 barils et les 80 sacs? Parce qu’il voulait que nous soyons ouvriers de notre salut. Il prenait sur lui le poids de nos fautes mais voulait notre coopération.

Alors le Maître, le Seigneur, le Père des miséricorde, a loué, exalté au dessus de tout Nom, son Fils, l’intendant fidèle qui faisait entrer dans la salle des noces les estropiés, les malades, les boiteux, les mendiants, les prostituées et les pécheurs.

Et aujourd’hui, l’intendant continue de nous fait asseoir à sa table et nous demande: Combien de barils de l’huile de la grâce de ton baptême as-tu gaspillé? Combien de fois as-tu refusé d’agir sous le souffle de l’Esprit Saint, as-tu oublié que tu étais prêtre, prophète et roi? Combien de fois as-tu jugé, critiqué, condamné ou été indifférent? Si tu as gaspillé 100 barils, écris plutôt 50. Retrouve les 50 restants! Aime, relève, réconforte, soigne, rends beau les autres sans relâche. Rappelle-toi l’onction de ton baptême, celle qui te faisait répandre la bonne odeur de Dieu. Aide chacun à retrouver la dignité d’enfant de Dieu, aide chacun à trouver la robe des noces. Je t’institue intendant sur 50 barils.

Et il continue. Combien de sacs de blé as-tu gaspillé? Ne te rappelles-tu pas que le blé doit mourir à lui-même pour porter du fruit? Alors, combien de fois as-tu utilisé tes richesses matérielles, humaines et spirituelles pour ramener à toi? Tu aurais pu te servir de tout cela pour aider, soulager et révéler le visage de Dieu au monde. Combien de fois as-tu gaspillé le blé de l’eucharistie? Tu as gaspillé 100 sacs? Écris 80 car je veux que toi aussi maintenant tu portes le fardeau des autres. Aujourd’hui utilise tes qualités, ton argent, tout ce que tu es pour découvrir le visage de Dieu aux autres. Donne-leur de pouvoir rencontrer l’Amour de Dieu. Que ta vie soit eucharistique, c’est-à-dire tournée vers Dieu et les autres. Je t’institue intendant sur 80 sacs.

Et voilà un étrange retournement. Nous étions débiteurs et nous devenons intendants à notre tour. Nous pouvons porter le fardeau des autres et pouvons leur révéler l’amour de Dieu. Dieu dépose en nos mains le trésor de sa grâce pour que nous le redistribuions au monde. Être chrétien, n’est-ce pas être intendant à la manière du Christ, c’est-à-dire tout donner jusqu’à notre vie pour rapprocher les autres de Dieu? C’est folie aux yeux du monde, mais sagesse de Dieu.

C’est peut-être la question qui nous est posée. Comment avons-nous prévu de vivre cette année? Un trésor nous est confié. Ce trésor est celui de l’amour et de la miséricorde de Dieu pour nous. On ne peut pas l’enfermer, la capitaliser. Il faut aller vers le monde et lui donner l’huile et le blé dont il a besoin. Et prenons sur nous le fardeau de ceux qui n’en peuvent plus, soyons nous aussi des êtres de miséricorde. Devenons des intendants fidèles aux yeux de Dieu!