Homélie du 4e dimanche du T.C. - 27 mars 2017

Pourquoi un évangile si long ce dimanche?

par

fr. Timothée Lagabrielle

Pourquoi est-ce qu’on lit des évangiles aussi longs à la messe ?!? J’aimerais aujourd’hui vous l’expliquer, mais pour cela il va falloir prendre un peu de temps (!), parce qu’il nous faut revenir au principe, à la Création. Dans le principe, le monde a été créé bon. Mais, depuis que le péché est entré dans le monde, la douce harmonie originelle n’est plus. Depuis la chute, le monde est comme déglingué. Notamment, tous les hommes qui naissent sont marqués par le péché, même s’ils n’ont pas encore commis de péché. Ils naissent avec une blessure à leur âme. Ils naissent avec un corps susceptible de dysfonctionnements. La lumière n’illumine plus tous les yeux, comme le montre bien notre aveugle-né. Alors Dieu œuvre pour réparer. Dieu travaille à la re-Création. Pour lui, fini le repos du sabbat ! Il y a plus important pour Dieu : le Père est à l’œuvre et Jésus avec lui (cf. Jn 5, 17). L’homme doit donc être un peu remodelé, comme raccommodé avec de la nouvelle glaise et une nouvelle parole divine. Dans cette re-Création, Dieu prend en considération ce qu’il a déjà fait dans la Création. Il sait bien comment chaque créature fonctionne, et il adapte son action à chacun. Il sauve les hommes comme des hommes. Et il se trouve que les hommes ne sont pas comme les bigorneaux (qui sont statiques, très passifs et sans intelligence). Donc Dieu sauve les hommes d’une façon dynamique et en faisant appel à leur esprit. Il utilise des moyens humains pour sauver les hommes. Pour sauver les hommes, Dieu va jusqu’à prendre condition humaine. Et c’est là qu’intervient le temps. Nous vivons dans le temps. La nature humaine a besoin de temps pour se développer, croître, s’épanouir. Dieu le sait et son action s’adapte à cela. La Rédemption se déploie dans le temps. Dieu a travaillé l’humanité pendant des milliers d’années pour en faire sortir un peuple qu’il a ensuite travaillé pendant des centaines d’années pour en faire sortir le messie qui, lui-même, a grandi pendant des dizaines d’années avant de paraître. L’action de Jésus prend aussi son temps. C’est cela que la longueur de notre évangile d’aujourd’hui montre bien. Non seulement la guérison de cet aveugle se fait en plusieurs étapes (il faut faire la boue, l’appliquer, parler, aller à Siloé, s’y laver…), mais ce que Jésus recherche encore plus – c’est-à-dire de conduire à la foi cet aveugle-né et les témoins du miracle – n’arrive qu’après plusieurs allers-retours de dialogues et de questions. Ce n’est pas donné entièrement et d’un seul coup. Alors, pourquoi lisons-nous ce si long évangile aujourd’hui ? Parce que nous avons des catéchumènes qui vont être baptisés très bientôt. Comme l’aveugle-né, ils vont recevoir une illumination ; comme l’aveugle-né, ils vont être re-créés par Jésus. Mais il faut bien qu’ils sachent que cela ne sera qu’un début, que ce baptême devra encore se déployer dans le temps, qu’il y aura encore beaucoup à découvrir. Il y aura encore plus à découvrir que ce qu’ils ont déjà reçu. Il y aura encore beaucoup d’étapes dans leur vie spirituelle. Et encore, pourquoi lisons-nous ce si long évangile aujourd’hui ? C’est aussi pour nous. Pour que nous n’oublions pas que notre re-Création n’est pas achevée, que le Seigneur a encore des retouches à faire sur nous (et avec nous). Certains sont baptisés bébés. D’autres sont baptisés au début de leur âge adulte. D’autres encore reçoivent l’eau du baptême sur des cheveux blancs. Mais pour tous, après le baptême il y a une croissance. Et une croissance qui ne s’arrête pas. Alors, de même que celui qui rencontre le Christ à un âge mûr ne doit pas repousser le baptême en disant : « C’est trop tard ! Ce n’est plus pour moi. Ce n’est pas de mon âge ! » ; ou de même qu’un plus jeune ne doit pas repousser le baptême en se disant « Je verrai cela plus tard » ; de même pour la croissance de notre vie chrétienne : quelle que soit notre situation, Dieu veut faire grandir quelque chose en nous. Dieu veut réparer les éléments de notre personnalité qui ont été faussés. Dieu veut le faire maintenant. Il n’y a pas à repousser cette invitation. Cette re-Création prendra un certain temps, mais c’est dès aujourd’hui qu’il veut commencer à la faire avec nous. Pour cela, pas de repos : au travail !