Homélie du 2 décembre 2007 - 1e DA

Une CLÉ pour l’Avent

par

Avatar

Frères et sœurs,

Vous avez les traits tirés. Si, si, c’est vrai. Laissez-nous deviner… Vous êtes contrariés. Depuis deux bonnes semaines, vous trouvez que les textes d’Évangile que nous propose l’Église ne sont pas folichons: ils nous parlent de fin du monde, de jugement, de condamnation… Et, aujourd’hui, premier dimanche de l’Avent, vous étiez entrés dans cette église en vous disant: «Ah! On va nous parler de la préparation de Noël!» Et, manque de chance, l’Évangile tue l’ambiance: il faut être prêt. L’insouciance, c’est bon pour ceux qui se perdent. Il faut veiller car vous ne connaissez ni le jour ni l’heure. Alors forcément, vous êtes contrariés.

Ah non, ce n’est pas ça… Vous avez eu une nuit un peu courte peut-être. L’heure est venue de sortir de votre sommeil! C’est sûr, vous avez fait la fête hier soir. Comme nous d’ailleurs. On fait toujours ça quand on change d’année. Le sacro-saint réveillon: cotillons, Champagne, bisou à minuit… et bonnes résolutions que l’on ne tiendra évidemment pas. Vous avez… oublié que l’on changeait d’année hier soir? Tant mieux, ça vous fera des économies. Tant pis pour les cotillons, le Champagne et le bisou… mais pas question de nous passer de la bonne résolution. Une nouvelle année sans bonne résolution, c’est comme… un dimanche sans messe.

C’est qu’il a fallu se creuser la cervelle pour trouver une résolution qui convienne à chacun d’entre nous, à tous les âges, à ceux qui viennent ici régulièrement, à ceux qui nous rendent visite pour la première fois… Et ce sont les textes d’aujourd’hui qui nous donnent la clé: il nous faut rejeter les activités des ténèbres, nous revêtir pour le combat de la lumière, nous conduire honnêtement et nous tenir prêts! Il faut que nous revêtions le Christ! En un mot, il faut être des Chrétiens!

La voilà notre bonne résolution pour cette nouvelle année liturgique 2008: être des Chrétiens, des vrais, enfin! Tout un programme, un beau programme… encore faut-il essayer de s’y intéresser un peu pour pouvoir s’y tenir. Encore faut-il accepter de lire les signes des temps: avez-vous remarqué que nous venons juste de fêter les 90 ans des apparitions de Fatima, que, dans un peu moins d’une semaine, ce seront les 60 ans des événements de l’Île-Bouchard en Touraine et que, cerise sur le gâteau, l’année 2008 sera lourdaise: nous fêterons les 150 ans de la venue de Notre-Dame sur notre terre de France!

La nouvelle année sera mariale ou ne sera pas.

Mais ne perdons pas le fil de notre bonne résolution: nous avons, d’un commun accord, décidé d’être des Chrétiens, n’est-ce pas? Comment allons-nous faire pour vivre cette année sous la protection toute spéciale de la Vierge Marie? Nous allons faire comme on a toujours fait, mais en mieux! Avec les vieilles recettes… qui finalement sont les meilleures et nous tâcherons de nous les approprier à nouveau. Nous allons trouver une clé qui nous ouvre la Porte du Ciel. C, L, É, trois lettres. Un moyen mnémotechnique comme un autre…

Le C, c’est pour Chapelet! C’est une obsession? Peut-être… En tous cas, lors de ses dernières apparitions, Notre Dame en porte un. Sainte Bernadette en a un dans sa poche. Et vous aussi sans doute… Un Chrétien – Un Chapelet!… Nous allons profiter de ce temps d’Avent pour le prier à nouveau. A dose homéopathique, peut-être. Et si nous nous engagions à dire une dizaine de chapelet, tous les soirs, en famille? Ce serait tout simple: prendre la Bible et lire le passage en lien avec le mystère médité, prier calmement cette dizaine… C’est l’Évangile avec Marie! Ça ne prend que 5 minutes… pour combien de temps passé devant la télévision ou l’ordinateur?… Évidemment, ce n’est pas un ordre… mais c’est plus qu’un conseil!

Le L, vous l’aurez deviné, est là pour… Lourdes! Et si nous sortions de notre routine? C’est ça un pèlerinage: tout laisser pour marcher à la lumière du Seigneur. Pourquoi laisserions-nous se perdre les grâces que Dieu veut nous donner par Marie, en cette année jubilaire? Et nous, Toulousains, nous serions impardonnables si nous ne rendions pas sur les bords du Gave à Massabielle. Et comme c’est tout prêt, nous irons au moins deux fois. Une fois pour la Dame, gratuitement, tout simplement, comme des enfants heureux d’être sous son regard de Mère. Et l’autre fois pour accueillir Benoît XVI! Là aussi, c’est moins qu’un ordre – quoique! – mais c’est bien plus qu’un conseil!

Le É final, c’est pour l’Espérance. Celle qui ne déçoit pas et dans laquelle nous sommes sauvés! Pas de nouvelle année sans étrennes: cette année, nous recevons un livre au titre évocateur: Spe salvi, Sauvés dans l’Espérance. Vous ne l’avez pas acheté… enfin, pas encore. Ce sera votre lecture pour l’Avent. L’auteur? Vous le connaissez. Vous vous êtes engagés à l’instant – par votre silence approbateur – à aller l’accueillir à Lourdes.

Alors frères et sœurs, soyons des Chrétiens, des vrais Chrétiens, parce que l’on ne peut être chrétien à moitié. Vivez cette nouvelle année sous le regard de Marie! N’oubliez pas la clé qui nous ouvre le ciel. Tenez-vous donc prêts… le chapelet à la main! Marchez dans la lumière du Seigneur… en passant par Lourdes! Entrez dans l’Espérance! Amen.