Homélie du 17 avril 2011 - Dimanche des Rameaux
Avatar

«Éveilles-toi, ô toi qui dors! Voici ton Roi qui vient vers toi!»

Alors que gronde l’agitation dans Jérusalem, la Cité du grand Roi, voici la question qu’on se pose: «Qui est cet homme?»

La grande semaine s’ouvre par les cris de la foule en liesse: «Hosanna au Fils de David! Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur!».

Elle culminera dans le cri de la foule furieuse: «Crucifie-le!».

[|Frères et sœurs, «Mais qui est donc cet homme?»|]

Il est celui qui a connu l’épreuve de la Tentation dans le désert alors qu’il initiait son ministère de grâce et de salut – ce n’est pas de pain seul que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Et il est celui qui en ces jours va connaître l’angoisse de la mort – «Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi! Cependant non pas comme je veux, mais comme tu veux!».

Il est celui dont le visage devint lumineux comme le soleil et les vêtements blancs comme la lumière, révélant ainsi sa gloire à ses disciples sur la montagne;

Et il est celui qui en ces jours va être roué de coups, frappé au visage, giflé et insulté, qui va revêtir le manteau de pourpre et la couronne d’épines.

Il est celui qui vint, au bord du puits de Jacob, apporter l’eau vive à la samaritaine, faisant ainsi jaillir en elle la foi: «c’est vraiment lui le Sauveur du monde! »…
Et il est celui qui en ces jours ne recevra pour étancher sa soif qu’un peu de vinaigre, celui qui va être livré par Judas, renié par Pierre qui a pourtant été choisi comme fondation de l’Église.

Il est celui qui ouvrit les yeux de l’aveugle de naissance, lui révélant le visage du Fils de l’homme: «C’est lui qui te parles!»;
Et il est celui qui en ces jours va être livré à la mort par la foule encore aveuglée par le péché, en échange de la liberté d’un bandit.

Il est celui qui appela Lazare hors de son tombeau et qui se révéla comme la «Résurrection et la Vie»
Et il est celui qui en ces jours va être crucifié et qui va mourir sur la Croix – seul, rendant l’Esprit dans un grand cri.

[|«Qui est cet homme?» C’est notre Roi!|]

Son Royaume n’est pas de ce monde; sa couronne est faite d’épines et son sceptre est sa Croix. Son Royaume est bien plus grand que tous les Royaumes de la terre. Son Royaume est promis et donné aux petits, à ceux qui croient en esprit et en vérité, à ceux qui reconnaissent que Jésus est celui qui ne retint pas le rang qui l’égalait à Dieu – mais s’est abaissé jusqu’à la mort … et la mort sur une croix – pour ouvrir la porte de son Royaume qui avait été fermé par la faute d’Adam. Tous attendaient un prodige et il s’est abaissé, il s’est fait serviteur: Voici notre Roi!

Est-ce tout?

«Les tombeaux s’ouvrirent et les corps de nombreux morts ressuscitèrent».

Voici déjà poindre la lumière. Voici que déjà les promesses de Jésus se profilent derrière le voile déchiré du Temple: «Trois jours après je ressusciterai».

Frères et sœurs, l’Église médite à nouveau aujourd’hui ce qu’elle vivra cette semaine, unie au Christ, son Époux.

Que ces jours nous permettent de contempler le Grand Mystère de la foi; que nos yeux s’ouvrent, que nos cœurs laissent sourdre l’eau vive de la charité et que notre vie s’attache à Jésus… car «si tes lèvres confessent que Jésus est Seigneur, si ton cœur croit que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé par ta Foi».

Amen.