Homélie du 15 juin 2003 - Trinité

«Allez, enseignez toutes les nations. Baptisez-les au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit …»

par

Avatar

Avouons que la fête de la Sainte Trinité paraît à nombre d’entre nous comme difficile et lointaine. Cette Trinité dont la Bible ne cite pas même le mot. Pourtant nous tous, si nous sommes baptisés, nous le sommes au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. Telle est la parole que l’Église prononce lors de notre nouvelle naissance.

La Trinité n’est pas d’abord un dogme abstrait, une sorte de jeu mathématique, tel 1+1+1=1, qu’il s’agirait d’élucider. C’est un événement. La liturgie ne célèbre pas des idées mais des faits. Et l’événement que nous fêtons aujourd’hui, c’est celui du commencement. C’est celui de notre propre naissance, de la naissance de l’Église. Car l’Église est née le jour de la Pentecôte, par le don de l’Esprit sur les Apôtres, par le baptême des trois mille premiers croyants «au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.» (Ac. 2, 41) Quand un baptême est célébré, c’est une nouvelle naissance. Celle du jeune baptisé mais aussi celle de l’Église tout entière qui ne cesse pas de naître. La Trinité, ce n’est pas un concept, c’est une vie. La vie même de Dieu. Celle qui nous est révélée par Jésus. Lui qui ne nous parle pas d’un Dieu tout puissant et lointain, suffisant et jaloux de ses pouvoirs mais d’un Dieu, tout puissant d’une toute-puissance d’amour, proche au point de se révéler «Père» faisant de Jésus un Fils. Père et Fils desquels procède l’Esprit. Quelle est la signification du mot amour? L’Amour n’est pas statique: il est feu, mouvement, passion et don. Qui dit don dit un donateur, un récepteur et un don qui est cadeau. Ceci décrit exactement les relations entre le Père, le Fils et l’Esprit, ce lien d’amour qui les unit au cœur d’une intimité inexprimable. Père, Fils, Esprit: trois personnes différentes mais une seule nature. Trois personnes mais une communion. Communion si intense, si totale, que nous ne pouvons pas l’imaginer. La communion entre ces personnes n’est pas le résultat d’une sorte de contrat d’association, de convention toujours résiliable: elle est le fruit du don total et infini que chacune fait d’elle-même aux autres.

Cette vie est source de vie. Dieu est créateur. Il crée de la diversité et de l’amour, comme autant de traces, de reflets de son propre mystère trinitaire. Surtout, cette communauté divine est le modèle de toute communauté, de toute communion, et en particulier de notre vie en Église. Nous sommes baptisés au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et il ne s’agit pas seulement d’une formule mais d’un programme. Dès lors que nous sommes baptisés, il nous faut mettre en œuvre ce grand mouvement de l’amour trinitaire. L’Esprit nous est donné pour faire de nous des fils du Père. Et dans le souffle de la Pentecôte, l’Église se constitue sur le modèle trinitaire. Elle est une communauté: non pas des individus qui vivent chacun pour soi, non pas une masse anonyme et confuse, mais une communauté de personnes en communion, où la dépossession de chacun est l’enrichissement de tous, où le pouvoir est un service, où la règle d’or est celle de l’amour mutuel: «Il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime» (Jn 15,13). Croire en la Trinité, c’est la mettre en pratique. C’est cela que nous avons à faire naître dans l’Église pour la faire naître.

Avatar

par

Et d’autres homélies…

Le Royaume, ce germe divin qui s’élève en nos cœurs

« Unis dans le même Esprit », nous voulons communier lorsque nous dirons ensemble tout à l’heure la prière « reçue du Sauveur » : « Notre Père qui es aux cieux ». Les mêmes mots au même moment seront portés par des voix toutes différentes, mais habitant ensemble en ne...

Ne péchons pas contre l’Esprit

Dans le passage d’Évangile que nous venons d’entendre, saint Marc assemble trois scènes qui se déroulent en une même journée de la vie de Jésus, et en un même lieu, « à la maison », c’est-à-dire chez Pierre, à Capharnaüm. Jésus y fait face à trois protagonistes : la...