Homélie du 4 juillet 2004 - 14e DO

Après les Apôtres, les 72,puis TOUS appelésau travail pour la Moisson

par

fr. Bernard Autran

Jésus vient d’amorcer Sa marche vers Jérusalem. Il ne vient pas pour Lui, pour tirer quelque avantage, mais pour réaliser la Promesse faite par Isaïe, cette grande joie: «Votre cœur se réjouira, vos membres, comme l’herbe nouvelle, seront rajeunis, Le Seigneur fera connaître Sa Puissance à ses serviteurs!» Il va Se faire le Grain de blé qui meurt pour porter une immense moisson, ainsi sauver les hommes d’une vie sans but véritable. Bien au delà de ce qui était promis, Il veut les plonger dans l’Abîme d’Amour qu’Il vit avec Son Père et L’Esprit! Cette Moisson est la Passion de Sa Vie, reflet de celle du Père qui n’a que ce désir, nous partager Sa joie sans bornes. Et d’abord, Il vient nous rappeler l’Urgence: comme pour Lui, pour nous aussi rien ne compte tant que de nous consacrer à ce travail, de nous ouvrir à cet Amour, d’y entraîner nos frères!

Dès les débuts de son Ministère, s’Il a parlé à tous, Il a bien vite appelé 12 Apôtres pour leur faire cet honneur, devenir les Dépositaires de Son Message. Il les estime tant qu’Il ne veut pas seulement les sauver, mais le faire en leur confiant le soin de devenir d’autres Lui-même, chargés de leurs frères. Aujourd’hui, Il leur adjoint 72 autres. C’est peut-être le nombre des nations connues à l’époque, mais pensons plutôt à 12 équipes de 6 autour de chacun des 12. Pour l’instant, ce n’est encore qu’un exercice pour se préparer à leur véritable mission après la Pentecôte. Alors, ils entoureront les ministres ordonnés. Dès la mort d’Étienne, les disciples chassés iront annoncer la Bonne Nouvelle en Samarie, puis bien plus loin. Et, entre autres de ses collaborateurs, St Paul mentionnera un couple, Priscille et Aquila.

Mais, tout à fait disproportionnée aux forces humaines, l’œuvre est immense, non seulement par son extension, mais parce qu’il est divin de faire Enfants de Dieu des enfants des hommes! Aussi, la première nécessité est-elle celle de la Prière! «Priez Le Maître de la Moisson…» d’appeler pour envoyer, surtout de donner la force de répondre. Ce n’est que par la Puissance de L’Esprit que leur parole sera persuasive, par l’annonce de l’extrême vigueur de L’Amour du Christ en Croix, et non par les astuces d’une sagesse humaine!

C’est aussitôt souligné par: «Je vous envoie comme des agneau au milieu de loups». Des religions d’invention humaine se sont faites loups pour imposer par violence une prétendue soumission à Dieu. Ce que Jésus accomplira à Jérusalem en sera l’exact inverse. C’est en Le voyant souffrir et mourir que les spectateurs se frapperont le poitrine, et beaucoup, à la prédication de Pierre à la Pentecôte se repentiront, croiront et se feront baptiser. Bientôt Étienne donnera sa vie, mais Saul, le plus acharné de ses agresseurs deviendra l’Apôtre Paul qu’aucune épreuve ne découragera jusqu’à ce qu’il imite Son Maître: Il a été saisi par l’Amour du Christ. Il se dit crucifié pour le monde car ses ambitions égoïstes se sont révélées vides, vis à vis d’elles, il est comme mort! Les avantages qu’il avait eu sont pour lui comme des ordures (2 Cor). Une seule chose compte pour Lui, l’Amour du Christ qui fait de lui une création nouvelle et son engagement à servir son œuvre.

Le Fils de Dieu, rayonnement de la Gloire du Père a vécu le sommet de Son Amour efficace livré nu à la torture de la Croix, négation de toute grandeur et efficacité humaines! Ses disciples devront aller sans grands moyens humains «ni argent, ni sac, ni sandales!» Cela ne sera guère observé littéralement, mais l’esprit en demeurera. Des pauvres sans prestige iront par le monde et ne s’imposeront pas plus que leur Maître par richesses, violence ou astuce. Ils proposeront leur message de Paix, mais s’en iront si on ne les reçoit pas. Le récit des « Actes » en est éloquent surtout à propos de Paul, souvent maltraités, ils tiendront bon jusqu’au bout. S’ils y laissent leur vie ce sera pour entrer dans l’éternelle joie où les accueillera Leur Maître, mais, grains de blé jetés en terre, ils porteront beaucoup de fruit!

Les 72 revinrent joyeux. Se réalisait ce qu’avait annoncé Isaïe: après la déportation, Le Seigneur rappellerait Sa Tendresse. Le retour avait été pénible, mais sans autonomie politique, le culte du Vrai Dieu avait pu se rétablir. Si certains se croyaient « en règle » par de simples pratiques extérieures, d’autres se préparaient vraiment à recevoir Le Messie. Maintenant, les envoyés entendus, les esprits mauvais sont soumis, des gens ont cru et préparent le Peuple Nouveau! Il n’en découlera ni libération politique, ni écrasement des ennemis, ni abondance matérielle. Mais, avec bien des difficultés, des épreuves, des persécutions, se communiquera la Joie de ceux qui, dans L’ Esprit, auront découvert en Jésus Christ, Fils de Dieu, mort et ressuscité, le reflet de L’immense Tendresse de Dieu!

Les 72 multipliés à l’infini, c’est en nous que cette Joie de la Foi doit se faire contagieuse. En reflétant à l’égard des hommes la Tendresse de Dieu nous pouvons les aider à s’y ouvrir. L’Église d’aujourd’hui se sert des moyens de communication modernes pour proposer d’y croire, non pour imposer! Solidaires d’elle, vivons cet envoi. Mais, œuvre divine, toute la force d’y travailler est reçue! Implorons de plus en plus Le Maître d’envoyer des ouvriers, de nous faire à nous aussi l’honneur de nous envoyer, de nous emplir de Son Esprit. Malgré notre paresse et notre faiblesse Il nous en montrera un jour le Fruit merveilleux!