Homélie du 1 mai 2005 - 6e DP

Comment Te dire je T’aime ?

par

fr. Élie-Pascal Épinoux

Il faisait nuit (Jn 13, 30).

Dans le ciel clouté d’étoiles monte majestueuse et souveraine la lune de Pâque qui Te dit que Ton Heure est venue et qu’ayant aimé les Tiens qui étaient dans le monde il Te faut les aimer jusqu’à la fin: jusqu’à offrir Ta vie pour eux, pour nous (Jn 13, 1; 15, 13).

Nous que Tu n’appelles plus esclaves – car l’esclave ne sait pas ce que fait son maître – mais amis: car Tout ce que Tu as entendu de Ton Père Tu nous l’as fait connaître (Jn 15, 15).

Dans la chambre haute vacille chaude et tendre la lumière des lampes éclairant ton dernier repas: chaude et tendre comme Ta Voix qui pour la première fois nous dit: Si vous M’aimez Jusqu’à maintenant c’est Toi qui nous a manifesté Ton amour nous demandant en retour la confiance en Toi, la Foi.

Comme à la Samaritaine Tu nous as dit: Si tu savais le don de Dieu et quel est Celui qui Te dit: « Donne-moi à boire », c’est toi qui Lui aurait demandé et Il t’aurait donné l’eau vive et nous T’avons répondu: Seigneur donne-moi de cette eau que je n’aie plus soif (Jn 4, 10; 15)

Comme à l’Aveugle-Né Tu nous as dit: Crois-tu au Fils de l’Homme? Qui est-il que je croie en lui? Tu le vois, c’est Lui qui te parle! et nous T’avons répondu: Je crois Seigneur (Jn 9, 35-38).

Comme à Marthe, Tu nous as dit: Je suis la Résurrection, celui qui croit en moi-même s’il meurt vivra et celui qui vit et croit en moi ne mourra jamais, crois-tu cela? et nous T’avons répondu: Oui, je crois que Tu es le Christ le Fils du Dieu qui vient dans le monde (Jn 11, 25-27) mais là, dans la lumière chaude et tendre des lampes éclairant ton dernier repas Tu ne demandes pas seulement la foi qui reçoit mais l’amour qui donne, non plus seulement la foi par laquelle nous Te recevons mais l’amour par lequel nous Te ressemblons.

Si vous M’aimez… Seigneur comment Te dire je T’aime? Il faisait nuit Dans le ciel clouté d’étoiles monte majestueuse et souveraine la lune de Pâques qui Te dit que Ton Heure est venue de nous aimer jusqu’à la fin et voici qu’au cours de ce dernier repas Tu Te lèves de table et Tu Te dépouilles de Tes vêtements, Tu te ceints d’un linge et Tu commences à laver les pieds de Tes disciples (Jn 13, 4-5) Toi le Maître et Seigneur, Tu te fais l’esclave de celui qui va te renier pour qu’il ait part avec Toi et c’est un exemple que Tu donnes pour que nous fassions nous aussi comme Toi Tu as fais pour nous (Jn 13, 15)

Si vous M’aimez, vous garderez Mes commandements, car celui qui a Mes commandements et qui les garde c’est celui-là qui M’aime

Dans la chambre haute vacille chaude et tendre la lumière des lampes éclairant ton dernier repas et Tu es troublé en Ton esprit: « Un de vous me livrera »; et trempant la bouchée, Tu la prends et la donnes à Judas (Jn 13, 21; 26) comme autrefois Ton ancêtre Booz trempa la bouchée et la donna à Ruth qu’il allait racheter pour en faire son épouse (Rt 2, 14).

Toi l’Époux, tu te donnes à celui qui te livre pour le racheter du péché et l’unir à Toi et c’est un commandement nouveau que Tu nous donnes de nous aimer les uns les autres, comme Toi Tu nous a aimés (Jn 13, 34)

Si vous M’aimez, vous garderez Mes commandements car celui qui a Mes commandements et qui les garde c’est celui-là qui M’aime.

Au matin de Pâques, devant le tombeau ouvert avec le disciple que Tu aimais, nous avons pardonné à celui qui T’avait renié le laissant entrer le premier, et Tu t’es manifesté à nous: nous avons vu et nous avons cru (Jn 20, 3-6).

Au soir de Pâques avec Cléophas sur la route d’Emmaüs, nous avons accueilli le pèlerin inconnu, nous nous sommes laissés enseigner par Lui, nous lui avons partagé notre repas et nos yeux se sont ouverts: nous T’avons reconnu (Lc 24, 13-8).

Le huitième jour avec les disciples, nous avons rendu à Thomas qui refusait notre témoignage sa place dans notre assemblée et Tu es venu lui montrer tes mains et ton côté: il t’a confessé: Mon Seigneur et Mon Dieu (Jn 26, 24-28); Si vous m’aimez, vous garderez Mes commandements, Seigneur, comment Te dire je T’aime? sinon en aimant nos frères.

Il faisait nuit. Dans le ciel clouté d’étoiles monte majestueuse et souveraine la lune de Pâques qui Te dit que Ton Heure est venue de passer de ce monde au Père, que Tu es venu de Dieu et que Tu vas vers Dieu (Jn 13, 1-3).

Seigneur, vas-tu nous laisser seuls en ce monde avec cette responsabilité inouïe d’aimer comme Toi Tu as aimé? Tu connais la fragilité de nos cœurs toujours prêts à faillir, Tu sais la nuit du monde toujours prête à engloutir!

Comment pourrions-nous nous aimer comme Tu nous as aimés Toi, le Dieu fait Homme, à moins d’être des hommes faits dieux?

Dans la chambre haute vacille chaude et tendre la lumière des lampes éclairant Ton dernier repas chaude et tendre comme Ta voix qui pour la première fois nous appelle « Petits Enfants » ceux que j’ai accouchés (Jn 13, 33).

Chaude et tendre comme Ta voix qui nous rassure: Petits Enfants, je ne vous laisserai pas orphelins, je viens vers vous dans le monde, vous avez de la souffrance, gardez courage, j’ai vaincu le monde (Jn 16, 33).

Chaude et tendre comme Ta voix qui résout pour nous l’énigme: Si vous M’aimez, vous garderez Mes commandements et Moi je demanderai au Père et Il vous donnera un autre Paraclet pour qu’il soit avec vous à jamais.

Et qui est-Il Seigneur, cet autre Paraclet, cet autre avocat consolateur, cet autre Toi-Même? L’Esprit de la Vérité, l’Esprit Saint que le Père enverra en Mon Nom: souffle-âme du Père et du Fils Lui vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit (Jn 14, 26).

Il Me rendra témoignage et vous, vous témoignerez (Jn 15, 26-27); Il établira la culpabilité du monde au fait de péché, de justice et de jugement (Jn 16, 8); Il vous introduira dans la vérité tout entière et Il vous dévoilera les choses à venir (Jn 16, 13).

Si vous M’aimez: nous T’aimons, Seigneur, mais parce que Toi Tu nous as aimés le premier et cet amour a illuminé le monde, la Lumière brille dans la ténèbre et la ténèbre ne l’a pas saisie (Jn 1, 5).

Vous garderez mes commandements: Tu ne nous demandes Seigneur que le premier pas: ouvrir nos cœurs à la présence de nos frères et nous serons comme des étincelles qui courent dans le chaume (Sg 3, 7) et je demanderai au Père et Il vous donnera un autre Paraclet: Toi, Tu accomplis cette Pâque prodigieuse qui nous donne par toi Ta divinité et la nuit comme le jour illumine (Ps 139, 12).

Si vous M’aimez, vous garderez mes commandements et Moi, je demanderai au Père et Il vous donnera un autre Paraclet Seigneur comment Te dire je T’aime, sinon en aimant nos frères, et nous serons Un avec Toi et le Père.

Et d’autres homélies…

Le Christ se laisse toucher au cœur

En ce 17 janvier 1871, de sombres nuages s’amoncellent dans le beau ciel de France. Le pays est menacé par une armée prussienne qui déferle sans aucune résistance de la part d’une armée française en déroute. L’Ostrogoth est aux portes de la Bretagne. C’est dire s’il a...

Jésus dans la barque

Il y a deux ans, un ami qui faisait un pèlerinage en Terre sainte m’a raconté qu’en Galilée, il était monté dans un bateau de tourisme et qu’au milieu du lac, ils avaient été pris dans une vraie tempête. On pourrait croire que cette vaste étendue d’eau est toujours...

Le Royaume, ce germe divin qui s’élève en nos cœurs

« Unis dans le même Esprit », nous voulons communier lorsque nous dirons ensemble tout à l’heure la prière « reçue du Sauveur » : « Notre Père qui es aux cieux ». Les mêmes mots au même moment seront portés par des voix toutes différentes, mais habitant ensemble en ne...