Homélie du 13 mai 2001 - 5e DP

Glorifiés après le Fils: « Comme je vous ai aimés! »

par

fr. Bernard Autran

Dimanche dernier, l’Église nous a invités à mieux découvrir le Visage de Jésus Ressuscité comme notre Bon Pasteur. Avec tout Son Amour, Il nous connaît tous et chacun. Il nous appelle à vivre dans Son Amitié une Confiance en Lui, reflet de la sienne envers Celui qui est Son Père et Notre Père. Il nous a montré le chemin, et depuis Son Ascension que nous allons bientôt fêter, s’il est présent parmi nous par Son Esprit, c’est invisiblement. Pour nous comme pour Ses Disciples, à Lui de nous apprendre à vivre dans La Foi sans Le voir, à prendre nos responsabilités pour réaliser Son Œuvre en nous et avec nos frères.

Pour ces deux dimanches, il nous est proposé des extraits de Ses derniers entretiens avec les siens avant de les quitter pour sa Passion. Il Se fera revoir pour qu’ils puissent devenir les témoins de Sa Résurrection, mais pour peu de temps seulement. Puis, avec la Force de Son Esprit Saint, ils commenceront le travail que nous poursuivons encore à notre tour. Ce que nous venons de lire nous ramène au début de cette soirée. Il vient de leur laver les pieds, même à Judas! Il est partagé entre le Grand Désir qu’il a de donner Sa Vie, et pourtant de sauver celui qu’il considère encore comme son ami! Il lui tend la perche en lui donnant la première bouchée comme à l’invité d’honneur. Mais Il respecte parfaitement sa liberté. Cela nous aide à comprendre: quand Il nous parle de commandements, Il ne fait pas pression sur nous. Il nous montre le chemin, mais si nous l’empruntons à sa suite, ce doit être librement, parce que nous croyons en Lui, et non par crainte ou contrainte!

Judas sorti, s’engagent les événements qui vont Le mener jusqu’à la Croix! Malgré l’atrocité dont l’éventualité Lui fera suer Sang et Eau, Sa Décision est prise, Son Amour ira jusqu’à Lui faire mener ce grand Combat où se déchaîneront les puissances de mal qui chercheront à Le détruire, tandis que Lui restera avec eux, pour eux. Il demandera leur pardon jusqu’au plus atroce de leur méchanceté. Alors dans Son Cœur d’Homme Il vivra le plus pur reflet de l’Amour du Père. Par opposition à ce qui n’est qu’apparence, clinquant, ce sera le poids, la réalité fondamentale, le sommet de tout Amour Humain. Ce qui en est apparu à la Transfiguration n’en a été qu’un pale rayon. Nous disons qu’il a brillé comme un Flambeau sur Sa Croix! Il est « glorifié »: cette Splendeur ne sera manifestée que dans le Monde de Sa Résurrection mais elle est déjà pleinement présente depuis qu’il a décidé fermement de Se donner jusqu’au bout!

Ainsi, Dieu sera glorifié en Lui. C’est à travers Son Amour que l’on pourra deviner quelque chose de Celui qu’il vit éternellement et dans lequel Il Se donne à Son Fils, à L’Esprit, et au delà à toute Sa Création. Mais Lui, Jésus, n’est venu que pour nous, et s’il est glorifié, c’est pour nous entraîner à vivre avec Lui la même immense réalité. La Gloire de Dieu, Il vient la manifester non seulement à travers Son Corps de Chair, mais aussi Son Corps Mystique dont nous sommes tous appelés à faire partie. C’est dire le très grand prix de Son « Commandement Nouveau »: Nous aimer les uns les autres. Et Il a l’audace d’ajouter « comme Je vous ai aimés! » Il ose nous appeler, sans bien sûr viser la même intensité, pourtant à réellement vivre un Amour imité du Sien.

Après tant de nos frères, c’est ainsi que nous sommes appelés à glorifier Le Seigneur. Ceux qui ont reçu La Force de l’Esprit Saint L’ont manifesté au monde. Ainsi, ils ont appris à sortir d’eux-mêmes, aimer leurs frères et se donner en leur vie à leur tour en se dévouant à eux. Ils leur ont apporté La Bonne Nouvelle, quelquefois au prix de leur vie! Refléter l’Amour de Dieu à travers Celui du Christ, c’est d’abord les servir en toutes les circonstances de la vie. C’est cela qui nous soude avec eux. D’ailleurs, notre service n’est-il pas d’abord une réponse à ce que nous recevons d’eux? Apprenons à l’accepter: il ne s’agit pas de nous faire servir, mais sans reconnaître ce que nous leur devons ni accepter qu’ils nous servent par amour, nous dresserions un obstacle entre eux et nous!

Pourtant, ce qui serait simplement dans la logique de la vie est souvent le fruit d’une lutte dans notre monde pécheur. Outre le bien, nous recevons aussi du mal de nos frères! Rétablir l’amitié, faire le premier pas, se réconcilier peut être ardu , au dessus de nos forces. Jésus nous en a ouvert le chemin en aimant ses tortionnaires même Crucifié! Comme tant de Ses Disciples, c’est au milieu d’épreuves que Paul et Barnabé ont apporté l’Évangile. Humainement, ils n’avaient rien à y gagner. Paul a failli perdre sa vie à Lystres, et ensuite, c’est en recevant bien des coups qu’il continuera à servir La Parole. Et nous, c’est souvent au prix d’efforts que nous avons aussi à vivre l’amour. Beaucoup le font à travers des épreuves dans leur chair, chez les leurs, dans la manière dont ils ont à porter ceux dont ils ont la charge! Beaucoup nous émerveillent de la façon dont, par le Don du Christ, ils vivent humblement, avec persévérance, un amour qui reflète Celui de Sa Passion!

Alors, levons nos yeux vers Lui Ressuscité! Ses Témoins ne L’ont revu que sous l’aspect de Son Humilité. Dans l’Apocalypse, Saint Jean élargit notre regard. Ce Ciel nouveau et cette Terre nouvelle, la Cité Sainte, Jérusalem nouvelle qu’il a entrevue, sont la Splendeur de tous ceux qu’il a irradiés. Plus de cris, de pleurs, de tristesse, mais grande Joie pour ceux qui seront le Peuple de Dieu, Dieu sera avec eux. Ils seront soudés avec Lui et entre eux du même Amour que Le Sien! C’est le présent de ceux qui nous ont précédés, et c’est le futur auquel nous sommes promis. Mais, pour notre joie et celle de nos frères, n’est-ce pas déjà, discrètement présente, l’immense Réalité qui, par la Foi commence à transfigurer nos vies?

Et d’autres homélies…

Le Christ se laisse toucher au cœur

En ce 17 janvier 1871, de sombres nuages s’amoncellent dans le beau ciel de France. Le pays est menacé par une armée prussienne qui déferle sans aucune résistance de la part d’une armée française en déroute. L’Ostrogoth est aux portes de la Bretagne. C’est dire s’il a...

Jésus dans la barque

Il y a deux ans, un ami qui faisait un pèlerinage en Terre sainte m’a raconté qu’en Galilée, il était monté dans un bateau de tourisme et qu’au milieu du lac, ils avaient été pris dans une vraie tempête. On pourrait croire que cette vaste étendue d’eau est toujours...

Le Royaume, ce germe divin qui s’élève en nos cœurs

« Unis dans le même Esprit », nous voulons communier lorsque nous dirons ensemble tout à l’heure la prière « reçue du Sauveur » : « Notre Père qui es aux cieux ». Les mêmes mots au même moment seront portés par des voix toutes différentes, mais habitant ensemble en ne...