Homélie du 24 juillet 2005 - 17e DO

L’AMOUR du PÈRE ? Notre vrai TRÉSOR !
Avec joie tout vendre pour lui !

par

fr. Bernard Autran

Le Royaume: que Dieu règne en nous et autour de nous! Qu’est-ce à dire? Jésus nous a invités à la réflexion en le comparant à une semence qui ne porte un fruit abondant que si elle est accueillie par un Bonne Terre. Ce bon grain est confronté à l’ivraie. Il n’en triomphe pas par des moyens de violence (arracher!) mais par la force discrète d’un levain. Aujourd’hui, Il est ce Trésor, cette perle fine pour qui on sacrifie tout.

Chacun de nous a, dans sa vie, bien des trésors, c’est là qu’il met son cœur! Ce sont l’amour des nôtres, ce qui nous permet de satisfaire nos besoins, ce qui, peut-être nous passionne, mais aussi ce qui flatte notre égoïsme, voire notre méchanceté! La première lecture a évoqué la si juste prière du jeune Salomon. Il n’a pas demandé des avantages que, d’ailleurs Le Seigneur lui accordera par-dessus le marché, mais une vraie Sagesse, le discernement pour savoir mettre chaque chose à se place, et ses désirs là où ils sont authentiques.

Mais si, jusqu’à Lui, Le Seigneur a guidé des hommes vers la Sagesse, ce n’est qu’en Jésus que nous en recevons la plénitude. Car Lui est la Sagesse même de Dieu! Comblé de toute éternité par Le Père, Il Lui répond de toute son ardeur en un feu d’Amour dans l’Esprit Saint. C’est là son Trésor, et, dans Sa Communion à Son Père, Il n’a pas d’autre passion que de Se consacrer à son œuvre d’amour. C’est, pour notre vraie joie, l’ambition qu’Il a sur nous, de nous faire entrer dans cette sagesse, de communier à ce qu’Il désire.

Plus profondément encore que par ses Paroles, Il nous montre où est le trésor de Son Cœur par tout ce qu’Il a vécu. Né pauvre, poursuivi par Hérode, Il fait ses Choix difficiles au désert. Proclamé Messie, Il impose silence et annonce qu’Il doit monter à Jérusalem y souffrir et mourir. Il donne Son Corps et Son Sang à ses disciples pour bien montrer qu’Il va Se livrer en toute liberté. En croix, Il pardonne à ses bourreaux. Il est pleinement convaincu de ce que rappelait Saint Paul, Dieu fait tout contribuer au bien de ceux qui L’aiment. Ainsi, en tout une seule chose fait Sa Joie, répondre à l’Amour de Son Père, se consacrer à son œuvre.

L’abîme de cet Amour du Père auquel ils se sont consacrés de toute leur ardeur, n’est-il pas le trésor pour lequel tant de disciples n’ont pas hésité à tout sacrifier? Pourquoi André et Pierre, Jacques et Jean ont-ils, à l’appel de Jésus, abandonné leurs filets, Matthieu son bureau de publicain? Bientôt Étienne proclamera la Foi en Jésus au prix de sa vie et Paul se privera de ses privilèges de notable pour affronter fatigues, persécutions, même tortures répétées pour proclamer cette même Foi! Seule la hache du bourreau pourra le faire taire! Il en sera ainsi tout au long de la vie de l’Église. Ce n’est pas pour perdre, mais parce qu’ils avaient trouvé le Trésor que tant ont affronté efforts et souffrances. Hommes, femmes, même enfants, par la Force de l’Esprit Saint, se sont donnés jusqu’à la mort! Beaucoup, persuadés que Le Seigneur était avec eux avec sa Puissance aussi discrète qu’immense, se sont souvent lancés dans de très grandes entreprises avec des moyens humainement dérisoires! Entre mille, pensons à Saint Vincent de Paul ou à Mère Thérésa.

Devant ces géants, nous nous sentons bien petits! Pourtant, c’est à nous aussi que Jésus proclame: «  Celui qui vient à Moi sans Me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, ne peut pas être mon disciple!  » Mais comprenons bien ces Paroles: Lui-même n’a pas dédaigné d’apprécier les beautés de la création, Il a aimé les siens, goûté les joies de l’amitié. Mais, s’Il a profondément aimé Sa Mère, Il ne lui a pas épargné d’avoir à fuir en Égypte ni de le voir mourir en croix! En cela, Il ne l’aimait pas moins, mais s’Il lui a imposé pareilles épreuves, c’était pour lui faire partager l’immense Amour qu’Il portait à Son Père, et lui faire l’honneur de participer à sa grande œuvre en s’unissant au sien.

L’expérience nous l’aurait appris, mais quand Il nous fait entrer dans Sa Sagesse, Il nous fait comprendre que notre vie n’est pas une partie de plaisir! Mais, sans rejeter les joies de l’existence, il nous faut savoir faire des choix, comme nous l’insinue la parabole des poissons que l’on trie après la pêche. Dans tout ce qui nous réjouit, nous passionne, il y a du très bon. Il nous faut demander à l’Esprit Saint de l’apprécier en rendant grâces de l’avoir reçu, mais aussi de sentir que cela doit être transfiguré, en faire une réponse à l’Amour du Seigneur qui doit passer en premier, même si ce n’est pas lui que nous sentons le plus!

Mais faire un choix nous fera mettre de l’ordre dans nos désirs, échapper à ce qui dans le monde est pied sur tête. Quels débordements de passion pour ce qui n’est, au fond, que futilités. Que l’Esprit nous aide à respecter les vraies proportions, et surtout à renoncer à ce qui est pervers! Lutte de chaque jour: ainsi apprenons-nous à répondre à l’Amour de Dieu, ainsi nous transforme-t-Il peu à peu à l’Image de Son Fils. Qu’il prenne en nos vies la première place, ce Trésor dont le Prix est si grand! Alors, Il commence à faire briller en nous rien moins que Sa Gloire, le poids immense de Sa Splendeur!