Homélie du 26 novembre 2000 - Solennité du Christ-Roi

Le Christ, Roi de l’Univers

par

fr. Philippe-Marie Margelidon

Nous le croyons le Christ est prêtre, souverain prêtre dit-on, d’un unique sacrifice, le sien et qui sauve le monde mais roi! Il est le roi de gloire monté sur un ânon, vrai roi cependant et d’un royaume qui n’est pas de ce monde. Il est roi en ce monde et de tout l’univers. Roi car principe et chef de la création déchue et rachetée, roi parce qu’il est Dieu, roi parce que dans le mystère de l’incarnation rédemptrice, de la résurrection de sa chair, le Christ récapitule tout le cosmos et toute l’humanité. Il est vraiment roi et son royaume s’édifie depuis la chute par la puissance de sa grâce et de son amour sauveur, un royaume dont l’Église est ici-bas le signe visible, le germe, le commencement, la réalité en acte et qui doit se déployer dans toute l’humanité. Tout pouvoir lui a été donné sur la terre et dans le ciel. Le Christ nouvel Adam est la tête de l’humanité nouvelle et de l’univers nouveau en voie d’enfantement.

Il est roi et gouverne ce monde non seulement pour l’orienter vers sa fin mais aussi pour le renouveler et tout d’abord en nos âmes par la grâce et par l’Esprit. Ce royaume qui n’est pas de ce monde commence en nos cœurs par la charité qui en est le secret, la richesse, la règle la plus profonde et la plus exacte.

Le royaume du Christ ne prend pas la place des royaumes de la terre. Ils gardent leur rôle propre, nécessaire et humain mais qui devraient être ouverts aux choses divines. Car il est vrai que le christianisme est une force de renouvellement puissamment féconde et positive pour ces royaumes de la terre, pour que ce monde soit toujours plus et authentiquement humain. Il ne le sera que s’il se laisse transformer par les énergies divines de la grâce et de la charité. Le christianisme doit imprégner nos âmes, nos sociétés, nos cultures. Le christianisme est intégral en ce sens puisque tout, absolument tout doit être restauré dans le Christ. Contre ce royaume de lumière se dresse depuis toujours les puissances du mal. C’est pourquoi nous qui sommes dans ce monde sans lui appartenir, nous avons à résister courageusement, lucidement, pacifiquement contre toutes les séductions, les faux-semblants, les erreurs qui ne cessent de surgir et de se répandre. Mgr Billé à Lourdes nous avertit lorsqu’il constate avec tristesse ces remontées de paganisme, d’anticléricalisme, d’antichristiannisme même. Les difficultés, les oppositions se radicalisent. L’année dernière le père Bonino nous invitait à entrer en résistance, nous y sommes; d’ailleurs nous y sommes depuis toujours, depuis le premier péché. Le cardinal de Lubac disait que «l’Église au milieu du monde c’est l’Église au milieu des combats».

Le Christ règne en ce monde quand la grâce triomphe en nous du péché, quand la lumière de la vérité sur Dieu, sur l’homme est enfin reconnue, quand les mentalités et les structures de péché changent et quand la culture de mort laisse place à la culture de l’évangile de la Vie.

Oui le Christ est roi de vérité et d’amour dans la gloire de sa chair ressuscitée, il est vainqueur du monde, maître du temps et de l’histoire. C’est lui qui nous associe à son règne, qui nous rétablit dans notre dignité première de fils et d’enfant de Dieu car nous avons reçu les arrhes de l’Esprit. Nous sommes rois, nous tous par et dans le Christ Jésus. Il est bien vrai ce passage de l’Écriture et dès maintenant «tout est à nous et nous sommes au Christ et le Christ est à Dieu». Il veut que là où il est nous soyons aussi. En attendant que s’établisse définitivement et parfaitement le royaume du Christ et qu’il le remette à son Père à la fin des temps, il nous le promet déjà maintenant, plus encore à l’heure de notre mort, s’il nous en juge digne, être avec Lui à jamais dans l’éclat et la joie de son règne, amen.

 

Et d’autres homélies…

Le Christ se laisse toucher au cœur

En ce 17 janvier 1871, de sombres nuages s’amoncellent dans le beau ciel de France. Le pays est menacé par une armée prussienne qui déferle sans aucune résistance de la part d’une armée française en déroute. L’Ostrogoth est aux portes de la Bretagne. C’est dire s’il a...

Jésus dans la barque

Il y a deux ans, un ami qui faisait un pèlerinage en Terre sainte m’a raconté qu’en Galilée, il était monté dans un bateau de tourisme et qu’au milieu du lac, ils avaient été pris dans une vraie tempête. On pourrait croire que cette vaste étendue d’eau est toujours...

Le Royaume, ce germe divin qui s’élève en nos cœurs

« Unis dans le même Esprit », nous voulons communier lorsque nous dirons ensemble tout à l’heure la prière « reçue du Sauveur » : « Notre Père qui es aux cieux ». Les mêmes mots au même moment seront portés par des voix toutes différentes, mais habitant ensemble en ne...