Homélie du 31 octobre 2010 - 31e DO

Le triathlon de Zachée

par

Avatar

Mes chers frères et sœurs,

Comme nous venons l’entendre, saint Paul dit dans son épître (2Th 1, 11):« Nous prions continuellement pour vous, afin que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé; par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi» Mes chers amis: Rendez active votre foi! Comment le faire? Nous pourrions prendre l’exemple de Zachée parce que je crois que chacun peut s’y retrouver. Le Seigneur a pitié de tous les hommes, personne ne lui est indifférent. Il reprend chaque homme peu à peu et il agit de telle sorte qu’il instruit chaque homme pour qu’il se détourne du mal, pour qu’il voie avec les yeux de la foi, pour qu’il se convertisse et pour qu’il croie. Il agit comme il l’a fait pour notre Zachée, dans une sorte de triathlon spirituel. Pourquoi parler de triathlon spirituel? Parce que dans le triathlon il faut aborder trois disciplines successives pour atteindre son but, comme il fallu à Zachée trois mouvements successifs, pour qu’il se convertisse et accepte la grâce de Jésus.

Monter, descendre, croire: Ce sont les trois mouvements du triathlon spirituel de Zachée qui peuvent activer notre foi. Il y a du boulot mais soyons tranquilles: la grâce – l’initiative de Dieu – nous précède!

D’abord il faut monter: Chaque âme humaine murmure au plus profond d’elle-même: «Je cherche ta face Seigneur; ne me cache point ta face»

1. «Je veux voir Dieu» car le Seigneur nous a donné des yeux pour le voir, des oreilles pour l’entendre, et un cœur pour l’aimer. Tout homme désire ce bien qu’il essaye d’accomplir dans sa vie, même s’il reste voilé, non évident pour lui. Zachée mené par ce désir intérieur commence à chercher. Il veut «voir qui est Jésus»

2. Et ce désir le met en mouvement. Il court pour le satisfaire. Il est possible que ce soit un désir provoqué par la curiosité mais ce qui est sûr c’est que l’âme assoiffée court vers le sentier de son repos. Le premier obstacle survient – la taille de Zachée est petite, elle ne lui permet pas de voir qui est Jésus car les autres le dépassent largement. Zachée ne fait pas de complexe à cause de sa taille, il sait qu’il est petit et que là où il se trouve il ne peut pas voir qui est Jésus. Futé comme il est, il prend les mesures nécessaires pour surmonter les obstacles: «il monte sur un sycomore pour voir qui est Jésus». Le notable qu’il était n’a pas eu honte de le faire et il n’a pas peur de l’effort physique. Même s’il n’est pas sportif, il le fait. D’abord la main droite et la main gauche, un petit rebond, le pied droit et le pied gauche, Zachée grimpe sur un sycomore .Quel effort! Et il s’installe sur une branche pour bien voir. «Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce sycomore: Déracine-toi, et plante-toi dans la mer; et il vous obéirait

3. Zachée n’a pas la foi comme un grain de sénevé, il ne déplace pas le sycomore mais il se place sur le sycomore. Le sycomore ne se déracine pas mais il aide à déraciner Zachée.

Mais après il faut descendre: Bon coup pour Zachée. «Jésus arrivé en cet endroit lève les yeux et lui dit: Zachée» Quel bonheur!!! Dieu lui-même vient trouver l’homme et celui qui se croyait inaperçu est aperçu. Il n’est pas aperçu comme un bonhomme curieux, assis tranquillement sur son arbre mais il est aperçu comme Zachée qui cherche et qui est cherché. «Zachée, descends vite, je suis descendu du ciel et je me suis fait homme pour toi, pour être avec toi, parce que je sais que malgré ton sycomore, tu ne peux pas monter tout seul jusqu’à moi.

4. Alors Zachée, descends vite, car il me faut aujourd’hui demeurer chez toi. Entends bien mon appel! C’est aujourd’hui que tu entends ma voix. N’endurcis pas ton cœur et descends vite.» «Vite il descendit et le reçut avec joie»

5. Zachée ne reste pas assis sur sa branche en se contentant tout simplement de bien voir avec une certaine distance mais il laisse Jésus entrer chez lui et ainsi la curiosité du désir est remplacée par la vivacité de la foi.

Il faut croire – passer à la foi en acte: Zachée a vu et il a cru. Il a cru que: «Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu» (Lc 19, 10) car lui-même a été trouvé sur son arbre et cet arbre donne déjà son premier fruit: «Voici, Seigneur, je vais donner la moitié de mes biens aux pauvres et si j’ai extorqué quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple» (Lc 19, 8). Quelle grandeur de la conversion! Ce que Zachée a ramassé en fourbe pendant des années de sa vie, il le distribue en quelques secondes. Ainsi le publicain cupide devient un croyant impavide! Il a entendu, il a cru, et il est mu par l’amour de Dieu parce que enfin il sait, il voit qui est Jésus. Mes chers amis, de ce triathlon de Zachée nous pouvons tirer une leçon pour notre vie, pour notre foi. A chacun de se poser cette question: A quel niveau du triathlon de Zachée est-ce que je me trouve? Est-ce que je me trouve à la fin, bienheureux ,avec Jésus chez moi, accomplissant les œuvres de la foi dans la justice et dans la vérité devant Dieu et devant les homme? Ou bien est-ce que je suis au début de la course en train de me dire: «Je suis trop petit. C’est très haut pour moi, je n’y arriverai pas»… Ou suis-je assis sur la branche tranquillement?

Je crois qu’en général les gens se trouvent en bas de l’arbre ou alors assis tranquillement sur la branche en hésitant à descendre. Si vous êtes tout au début ou à la moitié de ce triathlon; si vous êtes en bas de l’arbre ou assis sur la branche de votre arbre, ce n’est pas grave, sauf si vous vous arrêtez. Surtout je vous en prie: ne vous arrêtez pas, laissez vous mener par le désir le plus profond de votre cœur: retrouver Dieu (voir Dieu). Et si vous êtes bien assis sur votre branche de sycomore et que vous n’entendez rien, redressez vos oreilles, frottez vos yeux, ouvrez votre cœur: voici que le Seigneur vous adresse un appel par ma bouche, ici et maintenant: «Marc, Antoine, Marie, Lucie, – ou comme vous voulez – descends vite: aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison»!

[|Alors frères et sœurs vous descendez?|]