Homélie du 8 juin 2003 - Pentecôte

«L’Esprit de Vérité vous fera accéder à la Vérité tout entière»

par

fr. Jean-Hugo Tisin

Y a-t-il un Être plus mystérieux que l’Esprit Saint? Y a-t-il réalité qui soit plus indiscernable et impalpable que celle de cet Inconnu? Nous nous souvenons de cet étonnant épisode de l’arrivée de Paul à Ephèse: Ayant trouvé des disciples de Jésus, l’apôtre leur demanda: «Avez-vous reçu l’Esprit Saint, quand vous êtes devenus croyants? – Mais lui répondirent-ils: «nous n’avons même pas entendu parler d’Esprit Saint!» (Actes 19, 2).

Avouons-le: S’il est vrai que la «Voie» par excellence de la foi passe en premier lieu par notre adhésion au Messie Jésus, trouve-t-elle son accomplissement dans la reconnaissance de l’Esprit? Comment découvrir sa Présence? Comment vivre de son Action?

De même que dans les Premières Alliances, le peuple faisait l’expérience d’une Délivrance charnelle et spirituelle dans la Pâque, de même, dans l’accomplissement ultime de cette histoire, nous découvrions le Passage du Christ en nos vies. La plongée baptismale en était le Signe actualisant la Naissance d’un Nouvel Être.

De même que dans l’Alliance décisive de l’Exode, le peuple rassemblé au pied d’une montagne, recevait les Paroles de vie accompagnées du Souffle de Feu, de même la première communauté chrétienne recevait en plénitude ce Don du Souffle divin. Elle naissait à une Vie nouvelle, celle d’un renouvellement intérieur, d’une communion plus profonde, d’un élan vers le monde.

Le Christ fait de nous des créatures nouvelles; il nous donne l’élan vers le haut en sa Résurrection. Chacun de nous découvre au fond de soi une Parole de vie qui est la colonne de l’être spirituel.

L’Esprit Saint est le Souffle émané de la Source du Père; il enveloppe la Parole de sa puissance de feu. Il emplit notre espace, fait de chacun de nous le coopérateur de Dieu. Le Christ nous le communique à chaque instant comme un Don qui ne cesse jamais. Ainsi, c’est toute la création renouvelée, toute la communauté des croyants qui respirent en vérité grâce à lui (où à elle puisque son symbolisme est tout aussi bien masculin que féminin). L’Esprit nous donne toujours le sens de l’origine:
-* Le Don que le Christ nous fait de sa Présence sur la Croix.. Grâce à Lui, nous trouvons toujours l’accès à cet au-delà de la vie et de la mort qu’est la Vie éternelle. Dans cet Esprit et par la Voie ouverte du Christ, nous pouvons contempler le chemin qui s’offre vers le Père.
-* Si l’Esprit n’est pas confessé, alors il ne peut pas y avoir de vrai sens de l’Église. Le Corps tout entier et même la création ne vivent que par l’action de l’Esprit.
-* Si l’Esprit n’est pas médité, alors, il ne peut pas y avoir de voie d’accès à l’Évangile: la Bonne Nouvelle du Salut n’a pu être entendue, intériorisée, méditée et transmise si l’Esprit n’en était pas l’énergie profonde.
-* Si l’Esprit n’est pas prié et reconnu en nous, alors il ne peut pas y avoir de vraie participation à l’>Eucharistie. Car c’est l’Esprit qui nous y convie, c’est lui qui «intercède pour nous en gémissements inexprimables», c’est Lui qui par le Christ nous conduit vers le Père.

Le premier pas de la vie spirituelle consiste à vivre dans cette union intime de notre esprit et du Don de l’Esprit. Si nous sommes sous l’emprise de l’Esprit, alors nous saurons discerner ces signes d’accomplissement et de plénitudes que Dieu nous adresse.

Nous saurons participer à cette création nouvelle qui est le fait de l’Esprit en nous; elle nous renouvelle, nous invite à la connaissance de soi, nous révèle que nous sommes les fils adoptifs puisque c’est pour l’Esprit que nous crions Abba: Père!

Si l’Esprit est notre Vie, alors, cohéritiers du Christ, nous saurons discerner les chemins conduisant à la connaissance de Dieu, notre Père. Amen.