Homélie du 22 février 2009 - 7e DO

Que votre oui soit oui!

par

fr. Alain Quilici

Aujourd’hui tant l’évangile du jour que saint Paul donnent à Jésus Notre Seigneur un titre qu’il est le seul à pouvoir porter parfaitement, mais que nous aimerions tous mériter. Il est dit de lui qu’il est un homme de parole: Le Fils de Dieu, le Christ Jésus n’a pas été à la fois oui et non. Il n’a jamais été que oui! Qu’y a-t-il de plus beau dans la vie que d’être un homme de parole? Quelqu’un qui n’a qu’une parole, quelqu’un qui donne sa parole (parole d’honneur!) et qui tient parole!

Dieu, dans la Bible, se révèle à nous par sa parole. Il est un Dieu qui parle. Il dit, et cela est. C’est cette parole qui, en Jésus, s’est faite homme. Dieu n’a qu’une parole et il nous a donné sa parole. Il ne la reprendra pas. La vie de Jésus, son enseignement, ses miracles sont l’expression de cette unique parole du Père. Une parole qui agit. Une parole qui dit ce qu’elle fait et qui fait ce qu’elle dit.

Le paralytique de l’évangile de ce jour fait l’expérience de cette efficacité. À l’image de notre humanité, il est prisonnier de lui-même. Il est lié. Il est empêché d’agir. Qu’attend-il de Jésus? Qu’attendent pour lui ceux qui le portent avec foi? Que demandent-ils avec tant d’énergie? Ils attendent une parole, une parole qui rende à cet homme, à tout homme, à nous maintenant, cette liberté qu’il a perdue. Jésus saisit cette occasion pour manifester, à qui voudra le comprendre, qui il est: un homme de parole!

En deux paroles, il sauve cet homme; deux paroles qui agissent, l’une invisiblement, l’autre visiblement. Il dit: tes péchés sont pardonnés. Et pour montrer que ce qu’il dit, il le fait, pour montrer que sa parole agit, il ajoute: Lève-toi! L’une et l’autre parole sont une invitation à la résurrection, une invitation à se laisser agir par cette parole qui guérit, qui pardonne, qui relève!

La résurrection est à l’œuvre dans le corps et dans l’âme de cet homme paralysé. Une parole a suffi pour lui rendre la plénitude de la vie qu’il avait perdue.

Mes frères, ce n’est pas une image, c’est un programme, et un programme de vie. Nous qui avons reçu cette grâce d’entendre Jésus nous adresser la parole, nous sommes invités à être à notre tour des hommes de parole. Et cela peut se réaliser en bien des sens.

En ce sens d’abord, que la parole que nous avons reçue, nous devons la porter comme une mère porte un enfant, pour le mettre au monde. Car ce n’est pas notre propre parole, que nous sommes invités à dire au monde paralysé mais la parole de Dieu. Une parole qui réconcilie avec Dieu, une parole qui agit en profondeur dans les cœurs et qui change la vie de ceux qui l’ont reçue. Souvenez-vous de Marie: Qu’il m’advienne selon ta parole! Marie qui reçoit la parole, qui porte la parole et qui la met au monde

L’époux et l’épouse se donnent leur parole. Ils s’engagent sur une parole et dans cette parole (que votre oui, soit oui!) ils mettent tout leur amour. Et tout au long de leur vie, chacun aura besoin de la parole de l’autre, car sans cette parole la vie conjugale s’étiole et se dessèche.

De même, l’enfant et l’adolescent ont besoin pour vivre d’une parole qui les tienne debout, qui les éclaire et, s’il le faut, qui les corrige. Nous savons tous l’importance de la parole d’un père et d’une mère, pour bâtir un homme, un homme de parole.

Ainsi chacun de nous, quelle que soit sa situation, qu’il soit célibataire ou veuf, vieux ou jeune, qu’il soit femme ou homme, chacun a reçu le trésor de la parole de Dieu, une parole visible, si j’ose dire, pour faire une œuvre invisible.

Comme dans le récit de ce jour: le visible, c’est le miracle! L’invisible, c’est l’essentiel! La guérison, c’est le miracle; le pardon c’est le salut! L’une et l’autre œuvres sont réalisées par une parole: une parole humaine pour une œuvre divine. Nous devons croire à la réalité de cette parole et à son efficacité, comme y sont invités les témoins du miracle de ce jour.

Notre parole de même agira si l’on nous tient pour des gens de parole, et si nous le sommes. Si l’on tient que nous ne faisons qu’un avec notre parole. Si l’on sait que notre oui est un vrai oui (oui à la vie!) et que notre non est vraiment non (non au péché!).

Voilà ce que Jésus a réalisé, voilà ce à quoi il nous exhorte, voilà ce qu’il nous donne la force de réaliser. Soyez des hommes de parole!

Amen!