Homélie du 20 décembre 1998 - 4e DA

« Telle fut la genèse de Jésus-Christ »

par

fr. Élie-Pascal Épinoux

« Marie sa mère était fiancée à Joseph: or avant qu’ils eussent mené vie commune elle se
trouva enceinte par le fait de l’Esprit Saint »

la jeune fille est là immobile et silencieuse, enclose et lumineuse

son corps s’alourdit de la présence sacrée de tout enfant à venir

une femme peut-elle jamais cacher son bonheur d’être mère?

« on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire où elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison » (Mt 5,15).

la jeune fille est là immobile et pourtant tout son être s’élance

« Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon sauveur »

la jeune fille est là silencieuse et pourtant tout son être jubile

« Il a jeté les yeux sur l’abaissement de sa servante »

la jeune fille est là enclose et pourtant tout son être proclame

« désormais toutes les générations me diront bienheureuse »

la jeune fille est lumineuse, tout son être irradie:

« le Tout Puissant fit pour moi des merveilles, Saint est son Nom » (Lc 1,46-49)

une femme peut-elle jamais cacher son bonheur d’être mère?

le Royaume peut-il jamais cacher la lumière de sa présence?

« comme l’éclair en effet part du levant et brille jusqu’au couchant, ainsi en sera-t-il de

l’avènement du Fils de l’Homme » (Mt 14,27).

Joseph son mari qui était un homme juste et ne voulait pas la dénoncer publiquement, résolut

de la répudier sans bruit

le jeune homme est là qui la regarde de ses grands yeux sombres, l’âme bouleversée

une femme peut-elle jamais cacher son bonheur d’être mère?

le Royaume peut-il jamais cacher la lumière de sa présence?

« Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu » (Mt 5,8).

le jeune homme est là qui la regarde de ses grands yeux sombres, l’âme bouleversée

Seigneur viens au secours de ma foi, je ne suis pas plus grand que mon père Abraham

« un fils naîtra-t-il à un homme de cent ans et Sarah qui a 90 ans va-t-elle enfanter? » (Gn 17,16).

réponds-moi Seigneur comme tu lui as répondu au chêne de Mambré:

« Y a-t-il rien de trop merveilleux pour le Seigneur? A la même saison l’an prochain je

reviendrai et Sarah aura un fils » (Gn 18,14)

Celui qui a réveillé les entrailles de la stérile peut bien visiter celles d’une vierge

Seigneur viens au secours de ma charité que je n’imite pas mon père Judas

« Ta belle-fille Tamar s’est prostituée. Qu’elle soit brûlée vive! » (Gn 38,24)

Éclaire-moi Seigneur comme tu l’éclairais par la bouche même de Tamar

« Reconnais donc ce sceau, ce cordon, ce bâton. Elle est plus juste que moi » (Gn 38,25- 26).

Celui qui a justifié une fille de Canaan peut bien révéler la justice d’une fille d’Israël!

Seigneur viens au secours de mon espérance que j’égale mon père Booz

Lui qui a entendu l’oracle des anciens de Bethléem sur Ruth la Moabite

« Que le Seigneur rende la femme qui va entrer sous ton toit semblable à Rachel et à Léa

qui à elles deux édifièrent la maison d’Israël » (Ruth 4,11)

Celui qui a fait d’une moabite l’aïeule du roi-messie peut faire d’une fille de Galilée la mère de Son Fils!

Le jeune homme est là qui la regarde de ses grands yeux sombres, l’âme bouleversée

Ô Marie, ma fiancée, si celui qui est engendré de toi vient de l’Esprit Saint

alors tu es plus terrible que la Nuée sur la montagne du Sinaï qui terrasse ceux qui la regardent

serais-je plus grand que Moïse pour lever les yeux sur l’enfant à naître?

« Nul ne peut voir ma face car l’homme ne peut me, voir et vivre! » (Ex 33,20)

Ô Marie, ma fiancée, si celui que tu conçois est l’Emmanuel « Dieu-avec-nous »

alors tu es plus redoutable que l’Arche de Dieu qui foudroie celui qui la touche

serais-je plus grand que David pour l’accueillir chez moi?

« David eut peur du Seigneur: Comment l’Arche de Dieu entrerait-elle chez moi? » (2 Sam 6,9).

le jeune homme est là qui la regarde de ses grands yeux sombres, l’âme bouleversée

Ô Marie, ma fiancée, si celui qui est engendré de toi vient de l’Esprit Saint, je ne puis te dénoncer

Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain » (Ex 20,16)

Je ne puis te laisser soupçonner d’un adultère que tu n’as pas commis

Ô Seigneur Dieu si celui qu’elle conçoit est l’Emmanuel, je ne puis la prendre chez moi

« Tu ne prononceras pas le Nom du Seigneur à faux » (Ex 20,7)

Je ne puis me dire le père de Celui qui vient en Ton Nom

« il faut que lui grandisse et que moi je diminue » (Jn 3,30).

« Joseph Fils de David »

au cœur des songes de la nuit fulgure le Messager qui se tient devant le trône du Très-Haut

au cœur de l’homme juste se gravent les paroles issues de la bouche du Très-Haut

« Joseph fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie ton épouse »

à elle de tisser en son sein la chair du Messie, celle que Dieu modela et anima en Adam

et que les filles d’Ève transmettent à tous les enfants des hommes

à toi de tisser en ta mémoire le lignage du Messie, celui que Dieu promit et accorda à Abraham

et qui d’Abraham par Isaac, Jacob, Judas, David, Salomon et les autres s’achève en toi

« ne crains pas de prendre chez toi Marie ton épouse car ce qui a été engendré en elle vient de

l’Esprit Saint »

à elle d’offrir son sein virginal à a puissance de l’Esprit pour que le Fils de Dieu devienne le fils de l’Homme

à toi d’offrir ton nom et ta mémoire au nouveau-né pour que le Fils de Dieu devienne le fils de David

« elle enfantera un fils et tu lui donneras le nom de Jésus car c’est lui qui sauvera son

peuple de ses péchés »

à elle de lui donner le corps qu’il offrira Agneau sans taches sur l’autel de la Croix

à toi de lui donner le nom, les promesses, l’Alliance, les Écritures qu’il accomplira pour le salut de tous.

« A son réveil, Joseph fit comme l’Ange du Seigneur lui avait prescrit, il prit chez lui sa femme »

et nous frères et sœurs, qui avons veillé dans la nuit et scruté les Écritures

sommes-nous prêts à prendre Marie chez nous, à entrer dans son bonheur, à reconnaître que

celui qui est engendré en elle est Dieu fait homme?

sommes-nous prêts à recevoir le témoignage de Joseph à entrer dans sa foi, à reconnaître que

Celui qu’il reçoit pour fils est celui qui doit venir?

sommes-nous prêts à entrer dans la lumière du Royaume, dans la joie de Noël?