Homélie du 28 février 2010 - 2e DC

Thabor : Amor à mort

par

fr. Gilles-Marie Marty

Le Très-haut aime les hauteurs. Dans l’Ancien Testament, ces hauteurs sont des montagnes âpres et élevées. Dans le Nouveau Testament, ce sont des collines douces et riantes.

Montagnes ou collines, c’est là que Dieu révèle. Sur le mont Sinaï, Il a confié au patriarche Moïse la Loi de son Alliance. Sur le mont Horeb, Il a confié au prophète Élie la défense de sa Vérité. Ce sont eux qui entourent son Fils sur la charmante colline du Thabor. De quoi s’entretiennent-ils? De son prochain départ, c’est-à-dire de sa mort.

N’est-ce pas incongru à cet instant unique où transparaît la divinité de Jésus … pourquoi parler de sa mort? Sinon parce qu’elle est au cœur de la Révélation: le Fils du Très-Haut, le Seigneur de la gloire, c’est aussi le Serviteur souffrant, l’Agneau immolé.Voilà le mystère du Christ, la véritable Alliance, voila la foi des chrétiens!

Depuis le mont Thabor, en Galilée, ils regardent au loin, vers Jérusalem, vers le mont du Golgotha.

Au Thabor, une lumière éblouissante; au Golgotha les ténèbres et le tonnerre.

Au Thabor, les apôtres sont accablés de sommeil; au Golgotha encore plus.

Au Thabor, il est entouré de Moïse et d’Élie; au Golgotha, de deux brigands.

Au Thabor, son visage resplendit de gloire; au Golgotha il se tord de douleur.

Au Thabor, la voix du Père retentit et témoigne; au Golgotha c’est le silence

Au Thabor, 3 disciples sont seuls témoins; au Golgotha, la population défile.

La Transfiguration au Thabor anticipe la défiguration au Golgotha. Il le fallait afin que la tragédie de la Passion ne ruine pas l’espérance des disciples. Or, pour nous comme pour les Apôtres, comment suivre Jésus sans savoir qui il est? C’est si nécessaire que le Père s’en est chargé lui-même: Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi, écoutez-le!.

Écoutez-le puisque vous ne pouvez le voir tel qu’il est! Écoutez-le pour que la gloire de son visage devienne vôtre! Écoutez-le pour entrer dans mon Royaume d’éternelle béatitude.

Frères, dans un moment, beaucoup d’entre nous recevront le Corps du Christ.
Son Corps transfiguré, augmenté des blessures par où son Esprit passe en nous pour transformer nos corps de misère à l’image de ce corps glorieux.

Ah? si nous en étions convaincus, comme notre regard changerait! Il changerait sur le monde, sur nous-mêmes, et aussi sur la messe.

Tiens? je termine sur la messe.

Récemment, un jeune homme m’a dit: moi, à la messe, je m’ennuie trop?. Rassurez-vous: il ne parlait pas d’ici, il parlait en général.

Il a ajouté: il faudrait que la messe, ce soit comme la Transfiguration? que ça déchire grave?.

Il aimerait avoir les sensations inouïes de fulgurance et de puissance que les apôtres ont eu sur le Thabor.

Frères, qu’auriez-vous dit à ce garçon?

Certes, nos sensations et sentiments soient très importants, mais ils ne sont pas le plus important. Qu’est-ce qui est le plus important pour un chrétien?

C’est son amour de Dieu, son désir de L’adorer, de Lui plaire, de Le servir, et cela, quelque soit son état, son humeur ou ses sentiments.

Nous venons à la messe non pour nous faire plaisir (tant mieux si c’est le cas) mais par amour de notre Père ? comme Jésus, qui n’est pas venu parmi nous pour se faire plaisir mais pour faire la volonté de son Père.

On dira: ok, mais cela ne résout pas le problème de l’ennui de ce garçon? Et alors? Où est le problème: dans son ennui, ou en lui-même?

Car ce garçon est sans doute sympa, mais il est loin d’être fini. Il lui reste à découvrir l’essentiel: l’amour authentique.

Aimer, ce n’est pas d’abord une question d’émotion, de plaisir, de sentiment.
Aimer, ce n’est pas d’abord rechercher sa propre satisfaction.
Aimer, c’est accepter de se sacrifier. Sinon, rien!

La vraie mesure de l’amour authentique, ce n’est pas le plaisir, c’est la croix:

Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.
Voilà l’essentiel du message de Jésus, au Thabor, au Mont des Béatitudes, au Golgotha, au Mont des Oliviers, et… à la messe.

Frères, tout le monde peut-il comprendre cela? Probablement pas? Mais celui qui a la grâce le comprend et peut le mettre en pratique.

C’est justement pour cela que nous venons à la messe! Pour que ça déchire grave notre cœur?

Si tu veux être mon disciple, prends ta croix et suis-moi.
_ Prends ta croix et un jour, tu seras avec moi en Paradis.

Et d’autres homélies…

Le Royaume, ce germe divin qui s’élève en nos cœurs

« Unis dans le même Esprit », nous voulons communier lorsque nous dirons ensemble tout à l’heure la prière « reçue du Sauveur » : « Notre Père qui es aux cieux ». Les mêmes mots au même moment seront portés par des voix toutes différentes, mais habitant ensemble en ne...

Ne péchons pas contre l’Esprit

Dans le passage d’Évangile que nous venons d’entendre, saint Marc assemble trois scènes qui se déroulent en une même journée de la vie de Jésus, et en un même lieu, « à la maison », c’est-à-dire chez Pierre, à Capharnaüm. Jésus y fait face à trois protagonistes : la...