Homélie du 1 janvier 2015 - Solennité de Marie Mère de Dieu

Une mère et un fils

par

fr. Édouard Divry

« Jésus vient du Père sans mère, et vient sans père de Marie la mère » (Augustin, Sermon 189, 4).

Quelle mère et quel fils ? Une mère pleine de grâce et un fils source de toutes les grâces.
Quelle mère et quel fils ? Une mère Vierge et un fils vierge jusqu’à sa mort sur le bois de la croix où il sauve le monde.
Quelle mère et quel fils ? Une mère immaculée et un fils immaculé, sans péché, le Rédempteur de l’humanité et de sa propre mère.
Quelle mère et quel fils ! Une mère sainte et un fils le Saint des Saints.
Quelle mère et quel fils ? Une mère qui peut être dite Mère de Dieu et un fils Dieu de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu du vrai Dieu !
Quelle mère et quel fils ? Une mère dans la grotte de Bethléem avec Joseph, un fils dans la mangeoire des animaux.
Quelle mère et quel fils ? Une mère de la gente féminine comme toutes les dames ici présentes, un fils de la gente masculine comme tous les hommes.
Quelle mère et quel fils ? Une femme sur qui pèse les limites de l’humaine existence, un fils qui a faim, qui a froid, qui peut être blessé et qui peut mourir.

« Le sexe masculin est honoré dans la chair du Christ,
Le sexe féminin est honoré dans la mère du Christ » (Augustin, Sermon 170, 2).

Admirable complémentarité qui fonctionne en modèle pour l’ensemble du genre humain sans théorie du genre. La femme aide son mari, le mari aide sa femme dans le soutien complémentaire.

Quelle mère et quel fils ? Une femme qui s’appelle Marie, un fils qui s’appelle Jésus.
Une femme qui s’appelle Marie comme vous toutes aimées de Dieu par votre prénom, un homme qui s’appelle Jésus comme vous tous les hommes aimés du Seigneur par votre prénom.
Quelle mère et quel fils ? La mère de l’Église, un fils qui est la tête de l’Église, son corps auquel nous appartenons tous par grâce !

Ayant perdu ma mère il y a juste un an, je me dis, toute proportion gardée, il convient de souhaiter à l’Église pour la transmission des sacrements qu’il y ait, que se lève à nouveau des mères de prêtre, et des fils-prêtres de leurs chères mères.
Alors, quelle mère et quel fils ? Une mère qui engendre un fils prêtre, un fils qui donne les sacrements de l’Église.
Bien plus, des mères qui engendrent des fils prêtres, des fils qui baptisent, qui confessent, qui consacrent l’eucharistie, qui marient et qui enterrent.
Voilà un beau cadeau multiple de nouvel an à demander pour l’Église pour 2015.

Ne l’oubliez pas dans vos prières et dans vos vœux familiaux !

Et d’autres homélies…

La fête de la Trinité, une fausse fête ?

La fête de la Trinité est-elle une vraie fête ? Après tout, le temps pascal est terminé. Nous sommes revenus au temps ordinaire, celui où nous vivons des mystères que nous avons déjà célébrés solennellement. Mais surtout, célébrer la Trinité n’a rien de très...

Pentecôte, notre grâce

Voici cinquante jours que le Christ est remonté victorieux des enfers. Et dans les quarante jours qui ont suivi, Jésus est apparu visiblement à ses disciples pour restaurer ce que les événements de la passion avaient détruit en eux. Après l’arrestation à Gethsémani,...

La prière, ça ne sert à rien ?

La prière ça ne sert à rien ! Franchement, entre nous, avouez que nous ne sommes pas souvent exaucés. Nous avons beau demander avec ferveur une place de parking devant chez le boucher ou une bonne note au bac de français, nous sommes souvent déçus du résultat ! À la...