Homélie du 11 décembre 2005 - 3e DA

Veilleur Baptiseur Témoin

par

fr. Élie-Pascal Épinoux

Il y eut un homme envoyé de Dieu, son nom: Jean

Le voici homme à la chair dénudée par le jeûne et la faim: le Veilleur.

«Veillez car vous ne savez pas quand le maître de maison va venir, le soir, à minuit, au chant du coq ou le matin, de peur que venant à l’improviste il ne vous trouve endormis» (Mc 13,35 1er dimanche Avent)

Sur la terre sèche et stérile du désert nul champ ni maison ne vient détourner le veilleur de son unique attente:
«et moi je ne le savais pas mais c’est pour qu’il fut manifesté à Israël que je suis venu baptisant dans l’eau» (Jn 1,31)

Le voici homme à l’âme vidée où par l’oraison et la vacuité: le Baptiseur

«Jean le baptiseur fut dans le désert proclamant un baptême de repentir pour la rémission des péchés» (Mc 1,4, 2ème dimanche Avent)

Sous le ciel implacable du désert nul Temple ni culte ne vient détourner le baptiseur de son unique ministère:

«et moi je ne le savais pas mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, celui-là m’avait dit: « Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est Lui qui baptise dans l’Esprit Saint »» (Jn 1,33).

Le voici homme au cœur esseulé par la méditation et le silence: le Témoin

« il vint pour un témoignage, pour rendre témoignage à la lumière afin que tous crussent par lui » (Jn 1,7).

dans la solitude immense du désert nul épouse ni descendance ne vient détourner le témoin de son unique mission:

«et moi j’ai vu et je témoigne que c’est lui l’Élu de Dieu» (Jn 1,34).

Lui le seul objet de notre attente

Lui le seul qui peut nous réconcilier avec nous-mêmes

Lui seul Dieu en notre chair.

Et voici quel fut le témoignage de Jean quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et lévites pour l’interroger:

Toi qui es-tu? Je ne suis pas le Christ

La réponse est tombée coupante et dure comme les pierres du désert, seul celui qui vient derrière moi peut faire sienne la prophétie d’Isaïe:

L’Esprit du Seigneur est sur moi car le Seigneur m’a donné l’onction; Il m’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres … proclamer une année de grâce de la part du Seigneur (Is 61,1-2)

Lui qui au commencement était le Verbe…

Qui es-tu donc? Es-tu Élie? Je ne suis pas

La réponse a jailli grondante et furieuse comme un oued du désert en crue, seul celui qui devant moi est advenu peut faire sienne la prophétie de Malachie:

«Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète avant que n’arrive le Jour du Seigneur grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils et le cœur des fils vers leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’anathème» (Mal 3,23-24).

Lui par qui tout fut et ce qui fut en Lui était la Vie (cf Jn 1, 3-4).

Es-tu le Prophète? Non

La réponse a été jetée plus brûlante qu’une braise tirée du feu, seul celui qui avant moi était peut faire sienne la prophétie de Moïse:

«Je leur susciterai un prophète semblable à toi du milieu de leurs frères, je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur dira ce que je lui ordonnerai» (Dt 18,18).

Lui qui était la Vie et la Vie était la Lumière des hommes (cf Jn 1,4).

Il confessa, il ne nia pas, il confessa:

Jean n’a pas nié en s’autoproclamant Messie Sauveur ou Prophète à la face du Peuple

Jean a confessé en s’anéantissant lui-même à la face des chefs du Peuple pour laisser toute la place à celui qui vient derrière lui et dont il n’est pas digne de délier la courroie de sandale.

Je ne suis pas le Christ mais au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne savez pas et l’Heure vint où à la Samaritaine qui luit dit: Je sais qu’un Messie doit venir celui qu’on appelle Christ

Il déclare: Je Suis moi qui te parle (Jn 4,25-25).

Es-tu Élie? Je ne suis pas mais au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne savez pas et l’Heure vint où aux Juifs qui lui demandent: Toi qui es-tu? Il déclare: Quand vous aurez élevé le Fils de l’Homme alors vous connaîtrez que Je Suis (Jn 8,25-28).

Es-tu le Prophète? Non mais au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne savez pas et l’Heure vient où à ceux qui se prétendent descendance d’Abraham sans en faire des œuvres, il déclare:

«Avant qu’Abraham fut Je Suis» (Jn 3,57).

Il confessa il ne nia pas il confessa:

Jean n’a pas nié en enfermant Dieu dans son savoir d’homme pécheur.

Jean a confessé en se laissant guider par Dieu dans la connaissance qui ne vint que de Lui

«et moi je ne le savais pas» et Jean s’est fait veilleur dans la solitude, le silence et le vide du désert, s’affranchissant des désirs, des pensées et des images dans lesquelles nous nous enfermons nous-mêmes.

«et c’est pour qu’il fut manifesté à Israël que Je suis venu baptisant dans l’eau» Jean est devenu baptiseur à la frontière du désert nous invitant par la confession des péchés à nous affranchir des désirs, pensées et images dans lesquelles nous nous enfermons les uns les autres.

«et j’ai contemplé l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui» et Jean a été fait témoin désignant celui qui nous fait passer du désert à la Terre Promise du Royaume, nous invitant à entrer avec lui dans une contemplation affranchie des idoles dans lesquelles nos désirs, pensées et images enferment Dieu.

Veilleur annonçant le Verbe Jean a accepté de n’être qu’une voix

Baptiseur ouvrant à la Vie Jean a accepté de n’être qu’un cri

Témoin de la Lumière Jean a accepté de n’être qu’une lampe

et l’Élu de Dieu qui vient derrière lui, devant lui est advenu et lui a rendu témoignage:

«Vous avez envoyé trouver grâce et il a rendu témoignage à la Vérité. Celui-là était la lampe qui brûle et qui brille et vous avez voulu voir réjouir une heure à sa lumière» (Jn 5,33-38).

et c’est pourquoi en ce temps de l’Avent, dimanche après dimanche, nous avons allumé, une, puis deux, puis trois lampes pour nous réjouir à la lumière du Précurseur et nous préparer avec lui à accueillir dans notre nuit la Lumière du Monde.

Mais devenons-nous nous-mêmes ces lampes qui brûlent et qui brillent, veilleur, baptiseur et témoin, à la lumière desquelles les hommes peuvent se réjouir et apprendre à reconnaître celui qui vient!

Et d’autres homélies…

La fête de la Trinité, une fausse fête ?

La fête de la Trinité est-elle une vraie fête ? Après tout, le temps pascal est terminé. Nous sommes revenus au temps ordinaire, celui où nous vivons des mystères que nous avons déjà célébrés solennellement. Mais surtout, célébrer la Trinité n’a rien de très...

Pentecôte, notre grâce

Voici cinquante jours que le Christ est remonté victorieux des enfers. Et dans les quarante jours qui ont suivi, Jésus est apparu visiblement à ses disciples pour restaurer ce que les événements de la passion avaient détruit en eux. Après l’arrestation à Gethsémani,...

La prière, ça ne sert à rien ?

La prière ça ne sert à rien ! Franchement, entre nous, avouez que nous ne sommes pas souvent exaucés. Nous avons beau demander avec ferveur une place de parking devant chez le boucher ou une bonne note au bac de français, nous sommes souvent déçus du résultat ! À la...