Homélie du 1 février 2004 - 4e DO

Jésus et la Parole de Dieu

par

fr. Loïc-Marie Le Bot

Nous venons d’assister à une prise de pouvoir! Soyons attentifs à tous les gestes de Jésus quand il entre dans la synagogue de Nazareth. Il prend le Livre, lit un passage du prophète Isaïe, puis il referme le Livre, le fait ranger, s’assoit et dit «aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture!». L’attention, n’est plus sur l’Écriture, mais sur Jésus qui proclame que cette prophétie s’accomplit. Ce qui est au centre aujourd’hui de l’Évangile, c’est le rapport intime qui unit Jésus à ce livre des Écritures Saintes, livre de la Loi de Dieu, de l’Alliance et des prophètes. Quand nous regardons Jésus dans l’Évangile, on peut être frappé par cette intimité qu’il entretient avec les Écritures sacrées.
D’abord, Jésus est un sujet de la Loi et se soumet à la Parole de Dieu. Dès les débuts de sa vie, Jésus se comporte comme un sujet obéissant de la Loi de Dieu. Il est circoncis comme tous les enfants mâles de son peuple en signe de l’Alliance que Dieu a scellée avec Abraham. Par là, il est intégré comme un homme du Peuple d’Israël. Il est présenté au Temple comme tous les premiers-nés, c’est la fête de la Présentation que nous célèbrerons demain. Il suit ses parents en pèlerinage à Jérusalem, il célèbre la Pâque avec fidélité et même quelques heures avant sa Passion. Jésus est un homme soumis à la Parole de Dieu, à sa Loi, à son Alliance. Mais c’est peu dire. Comme nous le voyons aujourd’hui et durant tout son ministère, Jésus commente la Parole de Dieu révélée, il commente la Loi, il commente les écrits historiques, il prie avec les psaumes, il cite les prophètes. Aux raisonnements des pharisiens, comme ceux des scribes ou des sadducéens, il sait opposer avec autorité d’autres passages de l’Écriture. Il sait dire le message fondamental au-delà des arguties légales: la loi du lévirat et la résurrection. Quand Jésus commente la Parole de Dieu, il entend en révéler son vrai sens: le sens du mariage à partir de la Genèse, du vrai sens de ce que demande Dieu, la miséricorde et non le sacrifice à partir d’Osée, ou encore dans le discours sur la Montagne il révèle le sens profond de la morale biblique. Jésus commente cette Parole et les livres sacrés, mais c’est encore trop peu dire. Jésus accomplit la Loi et les prophètes. Je suis venir pour accomplir et non pour abolir. Il accomplit la Loi de Dieu dans son esprit et dans sa lettre, mais toujours en un sens qui désoriente ses contemporains même ses amis les plus proches. Il accomplit les prescriptions de la Loi, il accomplit surtout les oracles prophétiques qui annoncent une nouvelle alliance et la venue du Messie de Dieu. Le visage d’ailleurs que dessinaient ces différentes prophéties pouvait être vu comme contradictoire: tantôt un roi, tantôt un serviteur souffrant, tantôt un nouveau grand prêtre, l’oint du Seigneur, le Fils de Dieu, le fils de l’homme. Toutes ces figures se trouvent accomplies en Jésus d’une manière inattendue et pourtant tellement évidente quand on les regarde avec sa lumière. Les Écritures finalement ne parlent que de lui, de sa venue, de sa Passion et de sa Résurrection. «Esprit sans intelligence et lent à croire tout ce qu’ont annoncé les prophètes!» dira Jésus aux pèlerins d’Emmaüs.

Jésus se soumet à la Parole de Dieu, Jésus la commente, Jésus l’accomplit, mais surtout Jésus est la Parole de Dieu qui est venue dans la chair et c’est pour cela qu’il prend place au centre de la synagogue. Il ne remplace pas purement et simplement l’Écriture, il en est un fruit. Il n’abolit rien de ce que Dieu a déjà donné, il le porte à sa perfection par la Loi Nouvelle inscrite dans les cœurs. Pour nous qui accueillons Jésus, cela implique plusieurs conséquences. C’est à partir de la Loi, des prophètes et des psaumes que l’on peut connaître Jésus pour ce qu’il est. Ce lien intime, essentiel, est la clef pour connaître Jésus. Il ne saurait être question pour les chrétiens d’en faire l’économie.

Jésus le montre bien aujourd’hui: la Parole de Dieu est proposée à tous et pas seulement au peuple de Jésus, d’ailleurs l’Écriture nous l’avait déjà montré par Élie et Élisée. On ne peut arrêter la Parole de Dieu et sa diffusion dans le monde jusqu’aux limites de la terre. Ce refus du Peuple élu du message et de la personne de Jésus est le signe plus large du refus que l’humanité entière peut offrir à Dieu et elle est aussi le signe de notre refus personnel de l’accueillir personnellement dans notre vie. Accueillir Jésus, c’est entrer dans la longue histoire de la Révélation et de l’Alliance de l’humanité avec Dieu. Jésus porte la Loi et l’Alliance à une nouvelle dimension: celle de l’humanité entière. L’Alliance devait déborder le Peuple de la première alliance pour aller dans tout l’univers.

Frères et sœurs, Jésus aussi se présente à nous aujourd’hui. Aujourd’hui encore, il se présente à nous dans sa Parole et dans son Eucharistie. Nous avons à l’accueillir et à entrer ainsi avec lui dans l’Alliance nouvelle de Dieu avec les hommes. La Parole de Dieu agit en nous si nous lui laissons faire son chemin au milieu de nos refus de nos péchés. Nous serons aussi à même de porter aussi comme lui la Bonne Nouvelle à ceux qui l’attendent et proclamer les grâces du Seigneur. Laissons Jésus être prophète en notre pays! Amen.