Homélie du (1 avril 2007)

Jésus acclamé comme ROI:Il le sera de haute Lutte, mais en CROIX!

par

fr. Bernard Autran

Émerveillés de la résurrection de Lazare, les gens de Jérusalem font à Jésus un Triomphe et L’acclament comme Roi. C’est l’aboutissement d’un très long chemin. David avait été choisi pour l’être parce qu’on l’aimait: on le savait tout dévoué à son peuple pour qui il avait exposé sa vie! Le prophète Nathan lui avait promis de la part du Seigneur qu’un de ses descendants siègerait sur son trône à jamais. Par delà certains de ceux-ci qui ont été plus ou moins indignes, on attendait le vrai Messie, c’est-à-dire le Roi désigné par l’onction, en grec « Christ« . A la multiplication des pains la foule a flairé que Jésus pourrait être ce Roi attendu et ils ont essayé de Le mettre à leur tête. Il a dû les renvoyer car Il ne venait pas l’être à la manière dont ils le pensaient! Peu après Il en a accepté la proclamation par les siens, mais Il les a bouleversés en leur annonçant que, pour l’être, Il devrait monter à Jérusalem où Il serait livré à la souffrance et la mort! Et, malgré plusieurs annonces en ce sens, ils resteront totalement imperméables à cette réalité!

Mais aujourd’hui, Il accepte l’hommage, et même le provoque en entrant ostensiblement dans la Ville. Impressionnés pas ses signes, les gens L’accompagnent et Lui font un triomphe modeste, mais bien remarqué. Bien sûr, ils ne se doutent pas de la manière dont Il va être Roi! Mais bientôt il n’y aura plus d’erreur possible, et son triomphe passager provoquera ceux qui détiennent l’autorité. Roi, Il n’en revendiquera le titre que devant Pilate. Il ne sera inscrit que sur Sa Croix. Là, seul le proclamera le malfaiteur crucifié à son côté!

Et nous, nous savons à quel prix Il S’est fait Roi. Nous allons en suivre le chemin en le récit de Sa Passion. Nous y pénètrerons plus profond l’abîme d’Amour en lequel Il s’y est donné. Ainsi, premier de notre humanité, pour nous entraîner à sa suite, y a-t-Il traduit à l’extrême pour nous en partager la joie, le Brasier d’Amour en lequel, de toute éternité Il répond à l’inconcevable Don de Son Père! Dans la Foi à cette immense réalité nous allons L’acclamer rameaux en mains, pour ensuite écouter le récit de sa lutte victorieuse.

De condition divine, Il ne retint pas le rang qui L’égalait à DIEU!

Nous allons écouter le récit poignant de la Passion de Jésus, si douloureuse, et pourtant son Triomphe! Saint Luc n’en souligne pas les aspects tragiques, mentionne l’intention de Pilate de la faire flageller, mais non le fait! Mais il lui avait suffi de dire qu’il ait été crucifié pour bouleverser ses lecteurs! Humiliation et torture affreuse d’un malheureux exposé nu suspendu par des clous et abandonné jusqu’à une mort que l’on ne provoquait pas directement! Nous ne réalisons plus à l’heure actuelle à quel sort redoutable Humiliation et torture affreuse Il était ainsi livré. Si sa mort est intervenue après un temps relativement bref c’est parce qu’Il avait été épuisé par la flagellation!

Mais le récit de Luc met avant tout l’accent sur Ses Sentiments vécus dans Sa Passion. Nous le sentons dès son dernier Repas. C’est bien clair, si le lendemain les forces des ténèbres vont sembler triompher, c’est pourtant Lui qui va librement Se donner: En Son Corps livré, Son Sang versé, Il va Se faire la nourriture des siens! Mais Luc relève son Désir de manger cette Pâque. Il nous fait sentir encore une fois combien Il vit à la fois des sentiments qui nous semblent contradictoires, la Joie d’accomplir l’Œuvre de Son Père, et pourtant, bientôt, à Son Agonie, l’écrasement de tout son Être face à l’éventualité qui L’attend!

Luc souligne sa Délicatesse lorsque que, condamné, portant douloureusement Sa Croix, Il S’adresse aux femmes qui pleurent son malheur: « Ne pleurez pas sur Moi, Pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants! » Si épouvantable est ce malheur qui L’accable, Il y vit la Splendeur de l’Amour en lequel Il sauve le Monde! Mais le vrai mal est le péché qui ruine, sépare du Seigneur, avec toutes ses redoutables conséquences!

Une Parole nous éclaire sur ce qu’Il vit au plus profond, nous révèle en quelle Tendresse Il porte même ceux qui ont demandé et exécuté sa mise en Croix: «  Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font!  » Luc est aussi seul à nous le dire, la manière dont Il a vécu sa souffrance a tant bouleversé le malfaiteur crucifié avec Lui qu’Il a suscité en lui cet extraordinaire acte de Foi: «  Jésus, souviens-Toi de moi quand Tu seras entré dans Ton Royaume!  » Et, royalement, Il lui a répondu: «  Aujourd’hui tu seras avec Moi en Paradis!  »

C’est ensuite le sommet de Son Don à Son Père: «  Entre Tes Mains, Je remets mon Esprit!  » Le Cri qu’Il pousse alors n’est-il pas sa surprise à découvrir en Sa Splendeur le Visage du Père. Il n’a qu’un désir, nous faire un jour partager le même émerveillement! Enfin, avant la joie de Le revoir ressuscité Luc nous fait sentir combien sa manière de souffrir Sa Passion avait bouleversé les spectateurs: ils se frappaient la poitrine!

De tout notre être, laissons-nous saisir: de condition divine, Jésus n’a rien retenu du rang qui L’égalait à Dieu, mais Il S’est anéanti Lui-même, prenant condition d’esclave, obéissant jusqu’à la mort, et sur une Croix! Splendeur annoncée à Sa Transfiguration, réelle à Sa Croix, nous la fêterons à Sa Résurrection!

Et d'autres homélies...

d63963fbd971c0ccfe16a81e6a53b375~~~~